Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Comment les constructeurs automobiles pourraient "renforcer la prime à la conversion"

Julie Thoin-Bousquié

Publié le

A l’issue d’une réunion avec plusieurs représentants de constructeurs automobiles, Bruno Le Maire et François de Rugy ont confirmé la piste d’une surprime à la conversion, supportée par les fabricants de voitures. Sans oublier les véhicules d'occasion.

Comment les constructeurs automobiles pourraient renforcer la prime à la conversion
Le ministre de la Transition écologique François de Rugy indique que la surprime à la conversion supportée par les constructeurs automobiles permettra de "libérer les Français du tout pétrole".
© Fabian Bimmer

La décision définitive doit être prise "d’ici la fin novembre". Mais les constructeurs automobiles se montrent déjà "prêts à l’idée de renforcer la prime à la conversion en ajoutant une prime supplémentaire qui serait versée par les constructeurs, notamment pour les achats de véhicules électriques et hybrides rechargeables", a annoncé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, à l’issue d’une réunion avec plusieurs représentants d’entreprises réunis à Bercy, lundi 29 octobre.

Cette annonce intervient alors que le ministre milite depuis plusieurs jours, par médias interposés, pour l’instauration d’une surprime à la casse supportée par l’industrie automobile, et dont la vocation serait d’"accélérer la transition écologique du parc français". Pour y parvenir, Bruno Le Maire a précisé qu’il souhaitait que "les véhicules faiblement émetteurs, même s’ils ne sont pas hybrides rechargeables ou électriques, puissent également être inclus" dans la démarche.

Les véhicules d’occasion ont également été évoqués au cours de l’allocution de Bruno Le Maire. Une manière de permettre aux ménages les plus modestes de pouvoir changer de voitures, car l’hybride a pour l’instant "un coût élevé", a justifié le ministre de l’Economie lundi 29 octobre.

"Libérer les Français du tout pétrole"

En échange de cet effort supporté potentiellement par les constructeurs automobiles, l’Etat s’est engagé à allonger les dispositifs de primes existants. Au total, cette initiative vise à permettre de "libérer les Français du tout pétrole", a défendu le nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, tout en les aidant à "préserver leur pouvoir d’achat". "Si nous coordonnons nos efforts, nous aurons de bons résultats", assure le ministre.

Pour l’heure, le gouvernement propose une prime de 1 000 à 2 000 euros selon les foyers qui souhaitent se débarrasser de vieux véhicules diesel ou essence, au profit d'une voiture électrique et/ou d'un véhicule thermique ou hybride non rechargeable dont le taux de CO2 est inférieur ou égal à 130g/km. Le dispositif doit être étendu en 2019 aux véhicules hybrides rechargeables, neufs ou d'occasion.

Sans oublier qu’à ces primes, s’ajoute un bonus écologique pour les véhicules électriques neufs, qui peut atteindre jusqu’à 6 000 euros. Depuis son lancement, la prime à la conversion a rencontré un franc succès, puisqu’elle devrait profiter à au moins 250 000 personnes d’ici la fin de l’année 2018, contre un objectif initial de 100 000 personnes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle