Quotidien des Usines

Comment le principe actif de Doliprane, Efferalgan et Dafalgan s'est retrouvé délocalisé en Chine et aux Etats-Unis

Jean Berthelot de La Glétais , , , ,

Publié le , mis à jour le 18/06/2020 À 15H42

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Made in France Relocaliser toute la production du paracétamol sous trois ans? C'est le projet lancé par le gouvernement le 18 juin, avec l'aide des industriels français Sanofi, Upsa et Seqens. Si le médicament final - vendu sous les marques Doliprane, Efferalgan et Dafalgan - est bien produit en France, son principe actif a été délocalisé depuis bien longtemps, et il n'est pas le seul... Mais les acteurs français se mobilisent. Notre enquête.

Comment la France a perdu la main sur le paracétamol, délocalisé en Chine et aux Etats-Unis
L’Efferalgan et le Dafalgan sont assemblés par Upsa en Nouvelle-Aquitaine, à Agen et au Passage d’Agen (Lot-et-Garonne).
© Guittet Pascal

Relocaliser toute la production du paracétamol sous trois ans? C'est le projet émis par le gouvernement jeudi 18 juin. Antidouleur le plus vendu au monde et la base des trois médicaments les plus prescrits en France : le paracétamol a une fois de plus prouvé son efficacité durant la crise du Covid-19. Les autorités ont elles-mêmes recommandé aux malades d’en prendre en cas de fièvre. Doliprane, Efferalgan et Dafalgan, les trois antalgiques en question se sont donc arrachés, faisant craindre une pénurie à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, qui, dès le 18 mars, a restreint leur vente à une seule boîte par patient sans symptôme et à deux par personne en présentant.

L’information, certes noyée dans l’actualité liée à la pandémie, n’a cependant pas manqué d’interpeller le grand public : le Doliprane est vendu par Sanofi - et fabriqué dans ses usines de Lisieux (Calvados) et Compiègne (Oise), l’Efferalgan et le Dafalgan par Upsa. Les deux derniers sont même assemblés en Nouvelle-Aquitaine, à Agen et au Passage d’Agen (Lot-et-Garonne), où les usines ont tourné à 100 % de leur capacité durant le confinement, produisant jusqu’à 1 million de boîtes par jour.

Perte de souveraineté depuis 2008

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte