Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Comment le patron de Figeac Aéro compte redresser Auvergne aéronautique

Olivier James ,

Publié le

Le sous-traitant aéronautique Figeac Aéro rachète Auvergne Aéronautique. Le patron de Figeac Aéro va devoir redresser un groupe dans une mauvaise passe industrielle.

Comment le patron de Figeac Aéro compte redresser Auvergne aéronautique © Figeac Aero

Jean-Claude Maillard n’est pas loin de la jubilation. "C’est une société avec laquelle beaucoup d’actionnaires se sont cassés les dents. Nous allons prendre du plaisir à la redresser." Le patron de Figeac Aéro n’en doute pas un instant : il parviendra très vite à remettre sur les rails Auvergne Aéronautique, qu’il vient de reprendre. Jeudi 24 novembre, le tribunal de commerce de Lyon a désigné le sous-traitant aéronautique basé à Figeac (Lot) comme repreneur du groupe Auvergne Aéronautique, placé en redressement judiciaire.

Pour Figeac Aéro, l’un des sous-traitants aéronautique français les plus dynamiques, l’opération industrielle vise un objectif : constituer un groupe capable de proposer aux grands donneurs toute la gamme des pièces métalliques que l’on trouve dans un avion. A savoir, un pôle mécanique avec Figeac Aéro (environ 2000 salariés) et un pôle chaudronnerie grâce à Auvergne Aéronautique (705 salariés). Le premier restera toutefois plus important, avec un chiffre d’affaires de 252,3 millions d’euros pour l’exercice 2015/2016, contre 46 millions d’euros pour le second en 2015.

Une stratégie en trois temps

Comment Jean-Claude Maillard - qui peut se targuer d’une croissance moyenne de son chiffre d’affaires de 23% depuis quatre ans - compte-t-il redresser Auvergne Aéronautique ? "La priorité, c’est d’être en mesure de livrer à l’heure, détaille le patron de Figeac Aéro. Si le site marocain d’Auvergne Aéronautique fait montre de bonnes performances, les deux sites français à Clermont-Ferrand et Auxerre accusent des retards de livraisons." Et le dirigeant de rappeler que l’entreprise revient de loin, marquée par des problèmes financiers et un redressement judiciaire. "Livrer à l’heure, c’est déjà difficile quand ça va bien, alors quand ça va mal…". En la matière, Figeac Aéro n’a pas à rougir, avec un taux de livraison à temps de 95% atteint en décembre 2015.

Deuxième temps : "les clients de Figeac deviendront ceux d’Auvergne", résume Jean-Claude Maillard. Autrement dit : les services commerciaux proposeront aux donneurs d’ordre des offres globales. Or les clients de Figeac Aéro réunissent le gratin aéro, avec entres autres Airbus, Boeing, Rolls-Royce, Stelia ou bien encore Safran. "En outre, nous allons monter en gamme les produits d’Auvergne Aéronautique", précise Jean-Claude Maillard. Le programme d’investissements prévu s’élève à 5 millions d’euros sur trois ans.

Le dernier axe de redressement concerne la stratégie industrielle globale du nouveau groupe, une carte qui reste à dessiner. "Nous allons faire du tri dans les activités, prévoit Jean-Claude Maillard. Nous pourrons transférer des activités non rentables dans les pays low cost ou investir dans l’automatisation." Des recettes déjà éprouvés chez Figeac Aéro : les deux groupes ont en commun une présence au Maroc, où des synergies entre les deux sites sont déjà envisagées. Quant à l’automatisation des procédés de production, à l’image de son usine de production de virole de carter intermédiaire qui démarre à peine à Figeac, le sous-traitant assume le recours à ce type d’équipements, tout en poursuivant une politique de recrutement.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle