Comment le Maroc veut se prémunir contre les effets de la sécheresse annoncée

L'année économique 2016 ne se présente pas sous les meilleurs auspices au Maroc. En cause, un déficit pluviométrique de 62% par rapport à la normale. Le Maroc va mobiliser 418 millions d'euros d'aide au secteur agricole et 95 millions d'euros d'indemnisation.

Partager
Comment le Maroc veut se prémunir contre les effets de la sécheresse annoncée
Une pluviométrie attendue en fort recul de 62% par rapport à une année normale contraint le Maroc à mettre les bouchées doubles pour en atténuer les effets.

Sécheresse annoncée. Une pluviométrie attendue en fort recul de 62% par rapport à une année normale contraint le Maroc à mettre les bouchées doubles pour en atténuer les effets.

"L'impact de ce déficit se fait particulièrement ressentir sur les cultures en zones bour où les emblavements en céréales représentent 62% (3,2 millions d'hectares semés) du programme retenu au titre de l'actuelle campagne agricole" annonce le ministère de l'agriculture dans un communiqué.

Une année 2016 qui intervient après celle de 2015, durant laquelle, il avait beaucoup plu. Une moisson record de 11 millions de tonnes a été réalisée l'an dernier contribuant à un taux de croissance assez robuste de 4,7 %.

Un plan d'urgence de 4,5 milliards de dirhams a été annoncé à l'issue de la réunion de crise du 28 janvier à Casablanca, à l'initiative du roi. Cette rencontre a réuni autour de Mohammed VI, notamment le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et Aziz Akhannouche, ministre de l'Agriculture.

trois axes

Ce plan en trois axes porte des dispositions concernant le cheptel, les ressources végétales et le maintien des équilibres. (voir encadré)

Ainsi, dans le but d'éviter la spéculation, une réserve d'orge à un prix plafond de 2 dirhams le kilo (0,186 euro) sera mise en place.

Parallèlement, la Mamda, principale mutuelle d’assurance agricole va être mise à contribution. Cet organisme devrait consacrer 1,25 milliard de dirhams à l'indemnisation des agriculteurs sinistrés. D'autres compagnies, privées, seront aussi à la manœuvre comme Saham (ce qui a créé une polémique récente car Saham appartient au ministre de l'Industrie à titre personnel bien qu'il se défende de tout conflit d'intérêt).

Pour rappel, le secteur agricole au Maroc compte pour 40% des emplois, dont une bonne partie non rémunérée (aides familiaux).

L'agriculture représente 14,6% de la richesse produite (PIB). C'est ce qui explique la révision de moitié du taux de croissance prévu par le HCP en 2016 , à savoir 1,3 % dans sa prévision très pessimiste publiée le 26 janvier. Le 15 juin 2015, le HCP s'attendait encore à une croissance de 2,6%. Mais c'était avant que le climat ne fasse des siennes.

Pour le gouvernement, l'affaire est d'importance, car les élections législatives se tiendront cette année, le 7 octobre, juste après un été qui s'annonce des plus difficiles pour le monde rural.

Il s'agira du premier renouvellement du parlement depuis le scrutin de fin 2011 ayant fait suite au changement de constitution et une étape politique majeure pour les islamistes du PJD et leur leader Abdelilah Benkirane au pouvoir (en coalition) depuis lors.

Nasser Djama

Un plan anti-sécheresse sur 3 axes

Axe 1 : cheptel. Un prix cible de 2 dirhams le kilo d'orge garanti sur le territoire (soit 0.186 euro, à noter, que par comparaison sur le marché de Rouen, le cours de l'orge s'établit à 0,153 euro le kilo) - prise en charge par l'État de certains frais de  transport  du fourrage - aménagement ou construction de points d'eau pour l'abreuvage du cheptel - encadrement sanitaire du cheptel pour la vaccination notamment .

Axe 2 : ressources végétales. Assurer l'irrigation des plantations sous régime pluvial avec une superficie ciblée de 93 000 hectares - sécurisation des semences en céréales  avec un stock de 950 000 quintaux et une production prévisionnelle d'un million de quintaux – couverture d'un million d'hectares par l'assurance agricole – concours du Crédit agricole du Maroc à raison de 1,5 milliard de dirhams.

Axe 3 : maintien des équilibres. Approvisionnement prioritaire des populations dans les zones reculées en eau potable – suivi de l'exécution des projets de l'agriculture solidaire.

 

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Ingénieur Sûreté de Fonctionnement - Assurance qualité Logiciel (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 26/07/2022 - CDI - La Défense

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS