Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Comment le groupe Avril relance la filière oléagineux au Maroc avec Lesieur Cristal

, , , ,

Publié le

Propriétaire à 41% du groupe marocain Lesieur Cristal depuis trois ans, le français Avril relance la production de tournesol et de colza pour les transformer localement en huile de table, aujourd'ui presque totalement importée.

Comment le groupe Avril relance la filière oléagineux au Maroc avec Lesieur Cristal
Propriétaire du groupe marocain Lesieur Cristal depuis trois ans, le français Avril relance la production de tournesol et de colza pour les transformer localement en huile de table.
© lesieurcristal

A quelques kilomètres au nord de Casablanca (Maroc), l’immense usine Lesieur Cristal d’Aïn Harrouda, vit une petite révolution.

Depuis quelques jours, la ligne de production la plus rapide du site, capable de produire 28 000 bouteilles d’huiles par heure, lance la fabrication de la toute nouvelle huile Lesieur 3G (pour 3 graines), combinant pour la première fois de l’huile de soja, de tournesol et de colza.

Le résultat d’un partenariat entre le groupe huilier le groupe Castel et le gouvernement marocain pour relancer la production d’oléagineux au Maroc et réduire les importations de soja. Avec le soutien actif du groupe français Avril, son actionnaire à 41%.

Depuis les années 1990, la production de graines de tournesol qui culminait à 150 000 tonnes par an s’est progressivement étiolée au point de n’atteindre péniblement que 3 000 tonnes en 2013.

"Le soja importé d’Amérique a fini par s’imposer dans la production d’huile, au détriment de la filière tournesol locale, qui n’était pas assez compétitive pour résister aux prix internationaux", explique Samir Oudghiri Idrissi, le directeur général de Lesieur Cristal, un "Gadzart". Ainsi, 98 % de la matière première de l’huile de table consommée au Maroc est importée.

Création d’une interprofession

L’objectif de l’accord signé en avril 2013 dans le cadre du plan gouvernemental "Maroc Vert" est de recréer une filière complète de production d’oléagineux, depuis la culture agricole jusqu’à la transformation en huile de table.

"Avril nous a apporté toutes ses connaissances sur l’amont agricole, que nous n’avions pas, notamment sur la sélection de variétés de graines", note Samir Oudghiri Idrissi.

Pour rappel Lesieur Cristal, longtemps contrôlé par la SNI, holding privée de la famille royale,  a été acquis à hauteur de 41% par Avril en 2012. L'an dernier, en mai 2014, la SNI a, ensuite, cédé toutes ses parts sur la bourse de Casablanca à l'occasion d'une OPV.

Concernant la filière, d’ici à 2020, le but du plan est d’atteindre une production de 230 000 tonnes de graines d’oléagineux dans le pays (deux tiers de tournesol et un tiers de colza) sur 127 000 hectares. En 2015, la filière devrait produire 25 000 tonnes, après 15 000 tonnes en 2014.

Une interprofession a même été créée, réunissant les principaux transformateurs du royaume et organisation de producteurs.

Des débouchés progressifs

Pour transformer les graines récoltées, Avril a relancé l’activité de l’usine de trituration des Roches noires, à Casablanca, qui fonctionne désormais deux mois par an. Elle devrait monter encore en puissance au fur et à fur de l’augmentation des quantités récoltées.

Restait ensuite à trouver des débouchés commerciaux dans un pays habitué à consommer à 90 % de l’huile de soja en bouteilles et de l’huile d’olive en vrac. 

"Les consommateurs marocains ne connaissent pas le colza et ne sont pas habitués aux mélanges de graines dans l’huile alimentaire. Nous devons créer progressivement des débouchés sur le marché, en expliquant l’intérêt des huiles de tournesol et de colza pour la santé ", relève Samir Oudghiri Idrissi.

En 2014, la marque haut de gamme du Lesieur Cristal, Huilor, a lancé une huile Duo, composée de tournesol et colza, faisant figure de pionnier sur le marché. Et depuis quelques semaines, la marque Lesieur, positionnée sur le moyen-haut de gamme, vient de lancer une gamme 3G (pour "3 graines") combinant des huiles de soja, tournesol et colza. En parallèle, la marque s’est offert un restylage, arborant désormais le même logo qu’en France, de manière à créer une cohérence de marque selon les différents marchés.

Poursuivant sa stratégie de diversification vers des huiles de plus en plus combinées, répondant à un marché montant en gamme, Lesieur Cristal pourrait même lancer Isio 4, d’ici à quatre ans, d’après la recette française apparue en 1990.  

98 % de l'huile de table importée

Hors autoproduction (olive essentiellement) seulement 1 500 tonnes d'huiles ont été produites au Maroc en 2014, pour une consommation totale de 500 000 tonnes. Ainsi, 98 % de l’huile alimentaire vendue en magasin de détail est issue d'huiles brutes ou raffinées importées.

 

Un partenariat gagnant-gagnant

Mais l’objectif de 230 000 tonnes de production locale d’oléagineux ne devrait couvrir à terme que 20 % des besoins du pays.

Pour Jean-Philippe Puig, le directeur général du groupe Avril, "le développement de la consommation d’huile de tournesol et de colza au Maroc devrait signifier également des débouchés supplémentaires pour les agriculteurs français".

Des exportations de graines de tournesol et colza, et d’huiles non raffinées devraient se mettre en place progressivement à destination vers le Maroc.

Très présent dans l’alimentation animale en France, avec sa marque Sanders, Avril souhaite introduire les tourteaux de colza, co-produits de l’huile alimentaire, dans l’alimentation du bétail au Maroc. Des tourteaux de colza qui viendront à la fois du Maroc, et de France, en cas de besoin. L’objectif est là de réduire la dépendance du Maroc aux tourteaux de soja importés.

Un partenariat gagnant-gagnant pour l’agriculture française et marocaine.

Adrien Cahuzac, à Casablanca

Lesieur Cristal en chiffres

N°1 du marché de l’huile de table au Maroc avec 58 % de parts de marché

Répartition des ventes selon marques : Huilor : 8 %, Lesieur 30 %, Cristal 14 %, Oleor 58 %

3,45 milliards de dirhams de chiffre d’affaires en 2014 (en baisse de 5 % par rapport à 2013), dont 15 % sur savons et gels douche

3 usines : Aïn Harrouda (raffinage et conditionnement huiles et savons), Les Roches noires/ Casablanca (trituration oléagineux) et Kelaâ des Sraghna (trituration olives)

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle