Comment Laurence Parisot mise sur l'industrie pour sa réforme sur le coût du travail

La patronne du MEDEF en dévoilait les grands principes hier, mercredi 20 octobre, lors des Assises de l'Industrie, à Paris. C'est en inscrivant la baisse du coût du travail sur le terrain de la défense de l'emploi, en particulier industriel, que le MEDEF espère convaincre.
Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comment Laurence Parisot mise sur l'industrie pour sa réforme sur le coût du travail

Ce n'est pas un hasard si Laurence Parisot a choisi les Assises de l'industrie pour lever le voile sur ses propositions de réforme du financement de la protection sociale. Le MEDEF veut inscrire ce sujet au cœur des débats de la présidentielle.

Comme expliqué dans la vidéo ci-dessus, l'un des éléments du projet consiste à réduire les cotisations sociales employeurs pour les rebasculer sur la fiscalité de la consommation. Un retour de la TVA sociale … qui est peu prisée dans l'opinion publique (64 % des français sont contre selon le sondage effectué par l'Usine nouvelle cette semaine). Le MEDEF veut absolument lier cette réforme au sujet de l'emploi.

Et si la patronne des patrons a bien identifiée que la TVA sociale n'est pas consensuelle, elle sait aussi en revanche que la question de l'emploi dans l'industrie et l'objectif de maintenir une base productive forte est partagée par toutes les sensibilités. A gauche comme à droite, employeurs comme salariés, secteurs des services comme ceux de l'industrie. Or les emplois industriels sont en effet plus exposés à la concurrence internationale (de nos partenaires européens plus que des émergents qui ne joue pas dans la même catégorie) et au final handicapés par le poids des prélèvements obligatoire.

Mais la baisse du niveau de cotisations patronales, n'est pas la seule proposition de Laurence Parisot et c'est son autre habileté pour entrer dans un terrain miné. La présidente du MEDEF a également proposé le 20 octobre de réduire une partie des cotisations salariales en les rebasculant sur la CSG.

En s'attaquant à la part payée par les salariés des cotisations, on augmente de manière mécanique leur salaire net, ce qui théoriquement libère du pouvoir d'achat. C'est une des conditions d'acceptation par les partenaires sociaux.

Car s'il existe désormais un consensus chez les principaux syndicats pour admettre que certains branche de la sécurité sociale, en particulier tout ce qui concerne la famille, n'ont pas à être supporté par le travail, ils veulent aussi que cette baisse du coût du travail profite aux salariés.

Par ailleurs en rebasculant, certaines cotisations salariées (sans doute une partie de la branche maladie) sur la CSG, on s'oriente sur un impôt doté d'une large assiette qui frappe les revenus du travail comme du capital.

Dans les prochaines semaines, le MEDEF devrait donc présenter un projet chiffré et financé pour réduire le coût du travail sans réduire la protection sociale, autre sujet d'inquiétude des français. En lançant le débat autour de la compétitivité de l'industrie française, le MEDEF espère se donner les meilleures chances de succès.

Par ailleurs, dans ce projet, la machine à calculer est également industrielle. Car si elle n'apparaît pas c'est l'UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie) qui fait tourner les calculettes. Elle a d'ailleurs embauché au printemps dernier, un ancien magistrat de la cour des comptes Laurent Rabaté comme directeur de la protection sociale. Nul doute qu'il pilote l'expertise qui est ainsi délivré au MEDEF.

0 Commentaire

Comment Laurence Parisot mise sur l'industrie pour sa réforme sur le coût du travail

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS