Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Comment Lactalis devient un champion méconnu du bio

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Lactalis vient de racheter à Danone Stonyfield, leader américain des yaourts bio. Mais le discret numéro un mondial des produits laitiers a depuis longtemps entamé, en France, sa transition vers le bio. Et il n’entend pas s’arrêter là.

Comment Lactalis devient un champion méconnu du bio
Lactalis vient de racheter Stonyfield, le leader américain des yaourts bio.
© Stonyfield

Il est, en France, connu pour sa marque de beurre et fromage Président, son lait Lactel, ou encore sa crème Bridélice. Fondé en 1933 à Laval (Mayenne), le groupe familial Lactalis est devenu, à coups de croissance interne et d’acquisitions ciblées à l’étranger, le numéro un mondial des produits laitiers, avec 17,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier et trois marques milliardaires : Président, Parmalat et Galbani. Dans l’Hexagone, où il compte encore 15 000 salariés et 68 sites de production, il ne réalise plus que 22% de ses ventes.

Le bio, un marché en pleine explosion dans l’agroalimentaire

Ce que l’on sait moins, c’est que ce groupe discret, détenu par la famille Besnier, est en passe de devenir un champion du bio. Il vient de signer un grand coup en s’emparant (sous réserve de l'approbation du Ministère Américain de la Justice) de Stonyfield pour 765 millions d'euros. Une entreprise dont Danone, le numéro un français de l’agroalimentaire et concurrent de Lactalis dans les produits laitiers, a été obligé de céder les activités aux Etats-Unis. Inconciliables avec le rachat de WhiteWave, champion américain du bio (yaourts, laits, et jus végétaux) aux 4 milliards de dollars de chiffre d’affaires l’an dernier, qui devrait faire de Danone le numéro un mondial de ce segment en pleine explosion (Lire notre enquête).

Aux Etats-Unis, où Lactalis n'était présent que dans les fromages, Stonyfield se dit leader sur le marché des yaourts bio, avec un chiffre d'affaires en 2016 d'environ 320 millions d’euros. Les 100 000 tonnes qu’il commercialise sont produites majoritairement dans la laiterie de Londonderry, dans l’État du New Hampshire.

Lactalis, leader du lait bio en France... depuis vingt ans

Mais Lactalis ne signe pas ici ses premiers pas dans le bio. Il est "leader du lait bio en France depuis plus de vingt ans", rappelle Emmanuel Besnier, le président du groupe. A travers sa marque de lait Lactel (aux 500 millions d’euros de ventes en France), il s’est en effet diversifié dans le bio dès 1995, mais aussi dans le lait de chèvre et les laits aromatisés, permettant à la marque de croître alors que le marché du lait de vache perd 3% par an en France. Le bio représente désormais 20 à 25% de ses volumes, et "nous allons accélérer cette stratégie", assure Etienne Verdier, directeur du développement des ventes de Lactel. Avec ses marques de nutrition infantile (Milumel, Picot et Eveil), Lactalis s’est également lancé dans le lait bio pour bébé.

Beurre, crème fraiche… et demain des yaourts bio ?

Sur le marché de la petite crémerie, dont il est le numéro un en France devant Elle&Vire, "le bio représente 50% de la croissance de nos catégories", observe Sébastien Grignola, le directeur développement des ventes de Lactalis Beurres et Crèmes, une division aux 400 millions d’euros de chiffre d’affaires. Après avoir lancé des produits dédiés dans la plaquette de beurre et le beurre moulé, il a donc dégainé la première crème fraiche biologique en octobre dernier.

Dans les yaourts, où Lactalis est présent via une joint-venture (aux 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec les marques La Laitière, Le Viennois...) avec Nestlé à l’échelle européenne, un gros lancement est prévu en septembre… et pourrait bien être dans le bio. Car il faut faire face à l’érosion des volumes (-10% en dix ans) sur le marché très concurrentiel de l'"ultra-frais". Or Danone a brillamment réussi, depuis plus de dix ans, à faire monter en puissance ses yaourts bio Les 2 Vaches.

Alors, à quand des fromages bio ? "Le bio ne représente encore que 1% du marché, car, en fromage, les AOP constituent déjà une norme de qualité importante pour le consommateur", estime Jean-Philippe Gateau, le directeur du développement des ventes de Lactalis fromage, qui dispose seulement d’une version bio du camembert Président. Avec leurs cahiers des charges stricts, les appellations d’origine protégée joueraient ainsi le rôle de réassurance et de proximité au terroir recherché par un nombre croissant de consommateurs…

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus