Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Comment la SNCF réduit sa facture énergétique

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Vu sur le web La SNCF s’est engagée, depuis 2012, dans la réduction de son poste de dépenses énergétiques. Le quotidien économique, Les Echos fait le point sur les stratégies mises en œuvre. Celles-ci couvrent un large spectre : filiale dédiée à l’achat, optimisation de la consommation et investissement dans l’énergie renouvelable.

Comment la SNCF réduit sa facture énergétique
La SNCF a engagée, depuis 2012, une politique de réduction de sa facture énergétique. Celle-ci passe par la réduction de la consommation de ses TGV
© Patrice Desmedt

La consommation d’énergie est une poste de dépenses stratégique pour la SNCF. La compagnie ferroviaire y consacre 1,3 milliard d’euros par an. Cela représente la seconde dépense de l’entreprise après les salaires. Dans un article des Echos, Olivier Menuet, le président de SNCF Energie fait le point sur les initiatives mises en œuvre par le groupe pour réduire la facture

Dès 2012 la SNCF a constitué une filiale dédiée, SNCF Energie. L’entité se charge de négocier le prix de l’énergie de traction des trains. “Le prix de l'électricité peut être extrêmement volatile d'un jour à l'autre” déclare Olivier Menuet. “Nous faisons donc des achats à terme, une à plusieurs années à l'avance, pour nous protéger contre ces fluctuations.”

Des salariés formés pour réduire la consommation d’énergie

Pour la SNCF, l’optimisation énergétique passe également par une réduction de la consommation des trains, en exploitation et à l’arrêt. Les conducteurs de TGV ont été formés à l’utilisation d’une application iPad, “Opticonduite”. Grâce à elle, la tablette affiche le en temps réel, la vitesse optimale à adopter pour limiter les freinages tout en respectant les contraintes horaires. “Cela permet de réduire de 5 % à 10 % la consommation d'un TGV”, observe Olivier Menuet.

Dans les gares, des consignes d’“éco-stationnement” sont en cours de déploiement. Celles-ci visent à déconnecter les trains stationnés. En effet pour 8 à 10 heures d’exploitation, une locomotive reste à l’arrêt, branchée sur une caténaire entre 10 et 15 heures en moyenne. A quai, une motrice en marche continue de consommer l’équivalent de 30% de l’énergie qui lui est nécessaire à sa circulation.

Vers un investissement dans les énergies renouvelables

La SNCF s’engage également à plus long terme dans les énergies renouvelables. Le cours de l’énergie verte demeure moins volatile. Le dirigeant de la filiale a évoqué aux Echos la conclusion de contrats avec des producteurs spécialisés. A l’image des chemins de fer belges, la compagnie souhaite étudier les possibilités de produire elle-même son énergie. Pour se faire ses infrastructures pourraient être équipées de panneaux solaires dans les gares et d’éoliennes le long de voies.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/05/2017 - 16h51 -

Débrancher la loco quand elle ne roule pas On peut se demander par quelle incroyable incompétence ils ne l'ont pas fait plus tôt .La SNCF c'est l'oligarchie des incapables
Répondre au commentaire
Nom profil

04/01/2018 - 18h34 -

tu as essayais de démarrer un moteur indus quand il fait -10 ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle