Comment la filière foie gras s'organise face à la crise

La filière foie gras et les autorités sanitaires ont établi un calendrier pour lutter contre le virus aviaire influenza. Tous les maillons de la chaine de fabrication sont concernés. 

Partager

Un demi-milliard d'euros. C'est le coût total de l'épizootie de grippe aviaire qui touche l'ensemble de la filière foie gras. Une "crise exceptionnelle et sans précédent", estime Christophe Barrailh, le président du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog). Depuis le 24 novembre 2015, 69 foyers de virus influenza hautement pathogène ont été identifiés. Tous se situent dans le Sud-ouest qui représente 70% de la production nationale."Mais nous sommes pleinement mobilisés pour lutter contre cette épizootie", rassure Christophe Barrailh.

Sous l'impulsion des autorités sanitaires, les 4 000 éleveurs de la région sont contraints de dépeupler leurs élevages, c'est-à-dire finir le cycle en cours sans introduire de nouveaux canetons. "Cette méthode a été préférée à l'abattage massif de volailles, comme pratiqué aux Etats-Unis. Le dépeuplement est plus économique, mais surtout plus éthique, explique le professeur Jean-Luc Guérin, vétérinaire spécialiste de la grippe aviaire. La vaccination n'a pas été retenue non plus, car son dispositif est très lourd, elle demande une surveillance constante des animaux."

Des résultats 2015 stables

En 2015, la production de foie gras est restée stable, elle a baissé de 0,7% en volume et augmenté de 1,1% en valeur. L'annonce de foyers de grippe aviaire n'a pas influencé les ventes de fin d'année, qui représentent 76% du chiffre d'affaires de la filière. Le foie gras entier progresse, au détriment du foie gras en bloc. Mais le foie gras mi-cuit reste le plus vendu, avec 3 252 tonnes vendues en 2015 (sur 5 328 tonnes au total). Seules les ventes à la restauration ont chuté de 4%. Les attentats du 13 novembre ont entraîné une diminution de la fréquentation des restaurants, et donc une baisse de 8,5% de leur revenue pour le 4ème trimestre 2015. 

 

Une fois les élevages dépeuplés, ils seront soumis à une période de vide sanitaire de cinq semaines du 18 avril au 16 mai. Plus aucun palmipède ne sera présent sur les parcours extérieurs. Les lieux seront alors désinfectés pour éliminer le virus de l'environnement. Le but est de rompre son cycle de circulation pour éviter qu'il ne mute, et ne devienne transmissible à l'homme. La remise en place de canetons n'aura lieu qu'à partir du 16 mai, et la remise en place d'animaux prêt à gaver à partir du 4 juillet sous des conditions contrôlées. Pour les zones touristiques notamment afin de répondre à la demande de la clientèle estivale.

Les entreprises transformatrices devront elles-aussi arrêter leurs activités pendant 15 semaines, de mai à août. Cette interruption va entraîner des coûts de trésorerie, des surcoûts liés à l'activité partielle de 4 000 salariés, des charges fixes à payer sans revenue. Le coût du préjudice est estimé à 140 millions d'euros. Contrairement aux éleveurs qui vont recevoir une aide de l'Etat de 130 millions d'euros, rien n'est encore acté pour les industriels. "Leurs besoins seront étudiés au cas par cas", prévient le Cifog.

Retour à la normale le 15 août

En parallèle du vide sanitaire, des études scientifiques sont menées pour mieux connaître le virus. "Nous sommes en train de le séquencer pour reconstituer l'histoire de l'épizootie, pour essayer de comprendre comment le virus a muté de faiblement pathogène à hautement pathogène", explique le vétérinaire Jean-Luc Guérin.

Le retour à la normale est prévu pour le 15 août. Mais la filière avoue son incertitude. "Nous estimons que la production devrait chuter de 25% en 2016, mais c'est une hypothèse optimiste, reconnait Anne Richard, directrice de l'Institut technique de l'aviculture (Itavi). Pour l'instant il n'y a pas de nouveaux cas, mais nous ne sommes pas à l'abri qu'un nouveau foyer se déclare un jour avant le vide sanitaire! Et une fois qu'il faudra repeupler les élevages, il n'est pas sûr que les accouveurs, fortement touchés par la crise, soient en mesure de fournir tous les éleveurs en palmipèdes…" Dans tous les cas, la disponibilité du produit devrait baisser, entraînant une nécessaire hausse des prix.

La filière prépare déjà l'après-crise et compte sécuriser son système de production. 220 millions d'euros seront investis pour mettre en place des mesures de biosécurité qui seront définies par un arrêté mardi 9 février.

Marine Protais

0 Commentaire

Comment la filière foie gras s'organise face à la crise

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS