Tout le dossier Tout le dossier

Comment l’Internet des objets affecte l’administration des réseaux

Le déferlement des objets connectés bouscule l'organisation et l'architecture des réseaux d'information. Cricket Liu, directeur des Infrastructures chez Infoblox, spécialiste et fournisseur de service réseau, revient sur les enjeux de l'administration d'un réseau à l'heure de l'Internet des objets. 

Partager
Comment l’Internet des objets affecte l’administration des réseaux

Vous l’avez très certainement remarqué, le concept de l’Internet des objets (Internet of things) fait couler beaucoup d’encre et influence des domaines extrêmement variés. Il révolutionne la fabrication, l’agriculture, la médecine et notre vie quotidienne ; il prendra en charge de nouvelles fonctionnalités et annonce le début d’une nouvelle ère. Or, l’Internet des objets s’appuie sur des réseaux, et les technologies de mise en réseau sont déployées et gérées par des hommes — au premier chef, des administrateurs. Pourtant, depuis quelques années, ces administrateurs réseau sont invités à « faire plus avec moins », à savoir moins d’argent et moins d’effectifs.

Où en est l’Internet des objets aujourd’hui ?

Depuis quelque temps, je réfléchis aux effets que peut avoir l’Internet des objets sur les réseaux et leur administration, et j’ai élaboré quelques théories à ce sujet. De son côté, Infoblox a récemment commandé une étude réalisée auprès des professionnels des réseaux aux États-Unis et au Royaume-Uni afin de vérifier certaines de ces théories.

Dans les grandes lignes, cette étude et ces tables rondes ont confirmé mes hypothèses. Par exemple, j’ai beaucoup parlé avec des clients qui m’ont d’abord indiqué ne disposer d’aucun dispositif dédié à l’Internet des objets. Mais face à mon insistance et à des exemples concrets de produits interconnectés (lecteurs de badges, systèmes de surveillance, systèmes de climatisation, caisses enregistreuses, distributeurs automatiques, etc.), la plupart ont dû se rendre à l’évidence et admettre qu’ils disposaient bel et bien d’un embryon d’infrastructure rattachée à l’Internet des objets ! En foi de quoi, 75 % des personnes ayant répondu à notre enquête ont indiqué déjà disposer sur leur réseau « d’objets de bureau connectés », et 70 % « d’objets liés à la sécurité ».

Comment les infrastructures réseaux gèrent-elles cette tendance ?

J’ai également rencontré très peu de DSI ayant déployé une infrastructure spécifique pour l’Internet des objets, qu’il s’agisse de réseaux dédiés ou de systèmes d’administration. Une fois encore, l’enquête a confirmé mon hypothèse : seulement 35 % des personnes interrogées déclarent avoir déployé des solutions dédiées à l’Internet des objets.

Étant donné que dans la plupart des cas, il n’existe pas d’infrastructure réseau dédiée aux dispositifs reliés à l’Internet des objets, la plupart des services informatiques déversent ces périphériques sur les réseaux existants. Seulement 30 % des entreprises interrogées prévoient de créer un réseau logique ou physique distinct pour les « objets », tandis que 46 % comptent les connecter à leur réseau d’entreprise. J’ai constaté que la plupart des entreprises se contentent de « balancer » les produits connectés à l’Internet des objets sur les réseaux sans fil publics ou peu protégés des clients pour qu’ils puissent accéder à Internet (une condition de base pour la plupart de ces « objets »). Cependant, les réseaux sans fil hôtes ne permettent généralement pas d’accéder à des ressources internes (contrôleurs de domaines, serveurs de fichiers et de bases de données, par exemple), dont d’autres « objets » ont besoin ; de plus ils se caractérisent par une authentification limitée, voire nulle ; des performances imprévisibles, et aucune hiérarchisation du trafic — autant de critères indispensables pour certaines catégories de ces appareils.

Gérer la diversité

Malgré la variété des exigences de ces objets, nombre de services informatiques parmi ceux que j’ai pu croiser déclarent posséder des objets connectés dont on leur a « confié » le déploiement — et ce, bien après qu’une autre entité de l’entreprise ait décidé de les acquérir. Notre sondage le confirme : 60 % des départements interrogés déclarent avoir été amenés à prendre en charge des appareils IoT après qu’un autre service en a fait l’acquisition, 63 % indiquant que le déploiement a posteriori est plus complexe que l’acheteur ne l’avait imaginé. Cette difficulté de mise en œuvre n’a rien de surprenant. Grâce à nos clients, nous savons que les objets connectés ne sont pas si intelligents. Nombre d’entre eux sont dépourvus d’interface graphique, ce qui rend leur configuration plutôt compliquée et exige dans de nombreux cas l’intervention d’un administrateur réseau pour configurer les options DHCP. Un grand nombre ne sont pas évolutifs ou sont davantage conçus pour des applications grand public que pour des environnements d’entreprise, et ne disposent pas des outils et fonctionnalités nécessaires pour un usage professionnel. Par exemple, l’administrateur d’un réseau universitaire m’a parlé des réseaux déployés dans les résidences étudiantes et qui comptent des centaines de services Apple TV, ce qui rend l’appli Remote iOS d’Apple pratiquement inutile dans la mesure où elle propose une liste de centaines d’Apple TV ! Certains des « objets » sont simplement mal conçus. Ainsi, l’administrateur d’un réseau d’hôpitaux a décrit un système IRM qui utilisait un seul et même jeu d’adresses IP codées en dur pour chaque machine, ce qui signifie qu’il devait mettre en place une passerelle NAT pour chaque appareil d’IRM afin de le rendre accessible à travers le réseau.

Manque de fonctionnalité des objets

Ce manque de fonctionnalités s’étend aux aspects liés à la sécurité. La plupart des « objets » ne reconnaissent pas les mécanismes d’authentification forte de type 802.1X, laissant les administrateurs réseau utiliser leurs adresses MAC — voire rien du tout —, comme outil d’authentification faible. Il est par conséquent difficile de sécuriser l’accès à un réseau d’objets connectés. Certains services avec lesquels j’ai pu parler utilisent des réseaux locaux virtuels VLAN pour isoler certaines catégories d’objets, mais le fait de dédier un VLAN à chaque type d’appareil n’est certainement pas la bonne solution.

Recommandations

Sur la base de nos discussions et des résultats de l’enquête, plusieurs recommandations sont de vigueur : participer le plus tôt possible à la planification du déploiement de l’Internet des objets, par exemple. En effet, sans un cahier des charges encadrant un minimum la mise en réseau de ces périphériques, leur déploiement et administration peut s’avérer difficile. Le passage au protocole IPv6 est également une étape importante à prendre en compte, car certains objets connectés peuvent exiger un accès à partir d’Internet ou d’un réseau tiers. Un projet de déploiement d’Internet des objets peut facilement se retrouver entravé par le manque d’espace d’adressage IP routable.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Technos en images

Les objets parlent aux objets : les chiffres des objets connectés

IoT

Les trois clés des objets connectés

Micro-électronique

Les dix francais qui mettent de l'intelligence partout

Quand les capteurs jouent les organes sensoriels

Numérique

La tour de Babel de l'Internet des objets

Des données, pour quoi faire ?

Start-up deeptech

Objets connectés pour l’industrie : Altran recherche des start-up innovantes

Numérique

Drones, objets connectés, voitures autonomes : les technos qu'il ne fallait pas manquer au CES 2015

Numérique

Objets connectés : comment Intel compte s'imposer

Micro-électronique

Une puce dédiée aux objets connectés

Numérique

Les objets connectés, stars du CES 2015

Numérique

Objets connectés : la cybersécurité, un enjeu majeur pour les entreprises

Conception

En 2015, la conception des objets connectés les rendra encore plus fonctionnels

IoT

Intel met le paquet sur l'Internet des objets

Numérique

Cherchez la faille ! Parmi ces objets connectés, lesquels ont déjà subi une cyber-attaque ?

Numérique

Objets connectés : un passe-partout pour les pirates informatiques

Micro-électronique

eVaderis apporte la puissance aux objets connectés

Intel s'associe à Stephen Hawking pour présenter son fauteuil roulant connecté

Micro-électronique

STMicroelectronics se positionne sur les objets connectés avec le nouveau Cortex-M7 d'ARM

Numérique

Des objets connectés sur mesure avec WeIO

Micro-électronique

Un émetteur-récepteur de la taille d'une fourmi pour les objets connectés

Technos Batteries

Imprint Energy compte alimenter les objets connectés souples avec ses batteries flexibles au zinc

IoT

Objets connectés : Samsung, Intel et Dell s'unissent pour définir des standards

Energie - Environnement

La chaleur du corps, source d'énergie pour les objets connectés

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS