Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Comment CGG a coulé le pavillon français

,

Publié le

Analyse

On ne refait pas l’histoire, bien sûr ! Mais on ne peut s’empêcher de regarder en arrière, au moment ou l’ancienne Compagnie générale de géophysique, rebaptisée CGG, s’apprête à passer sous le contrôle de hedge funds. Ces fonds spéculatifs anglo-saxons seront, de fait, les vrais maîtres à bord. Et ce, quand bien même la banque publique Bpifrance conservera une participation au capital. Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 31?octobre à Villejuif (Val-de-Marne), plusieurs actionnaires ont critiqué la gestion de Jean-Georges Malcor, directeur général de CGG depuis l’été 2010, et regretté qu’il ait repoussé l’offre du français Technip en 2014. Selon eux, « avec le recul, elle était plus favorable à CGG ». Technip a profité, depuis, de la vague de consolidation du secteur (General Electric-Baker Hughes, Schlumberger-Cameron…) pour fusionner avec l’américain FMC Technologies, la direction de la nouvelle entité s’installant à Londres. Au lieu de constituer un champion français, mieux armé pour affronter la drastique réduction des projets d’exploration menés par les majors pétrolières, CGG a préféré rester indépendant, le temps de constater que sa stratégie n’était pas viable. Un vrai gâchis. Quelque 6 000?emplois, dont 1 600 en France, sont en jeu. Mais aussi le patrimoine en géosciences unique de cette pépite technologique vieille de 86 ans. L’État, à travers Bpifrance, a validé le plan de la direction à condition que CGG garde un ancrage hexagonal et préserve les emplois restants en France jusqu’en 2019. Bpifrance aurait également obtenu le maintien des centres de décision sur le sol national jusqu’en 2022. Comme chacun le sait, depuis la saillie de l’ancien président du Conseil Henri Queuille, « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent »…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle