Comment Carola, Lisbeth et Meteor veulent réhabiliter la consigne en Alsace

En Alsace, l'association Zéro Déchet Strasbourg et les entreprises Carola, Lisbeth et Meteor ont lancé le 30 avril le réseau Alsace Consigne. L'initiative cherchera à développer la réutilisation des emballages en verre. Une pratique qui représente des avantages écologiques mais aussi économiques.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comment Carola, Lisbeth et Meteor veulent réhabiliter la consigne en Alsace
L'usine Carola de Ribeauvillé (Haut-Rhin).

En Alsace, plusieurs entreprises veulent remettre la consigne au goût du jour. Mardi 30 avril, le réseau Alsace Consigne a été lancé sous l’impulsion de l’association Zéro Déchet Strasbourg, du brasseur Meteor et des embouteilleurs Carola et Lisbeth. L’initiative cherche à regrouper des associations, des distributeurs et des industriels pour promouvoir la réutilisation des emballages. Il s’agit plus particulièrement ici des emballages en verre qui représentent tout de même 45% des emballages ménagers.

"Des freins techniques existent"

Pour certains, la consignation des bouteilles en verre évoque un temps lointain. À l’échelle du pays, la pratique est assez marginale. Sur les deux millions de tonnes de verre collectés chaque année, 227 000 tonnes d’emballages en verre étaient réemployés en 2017 selon l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Et la pratique concernerait essentiellement les cafés, les hôtels et les restaurants.

Dans un rapport de novembre 2018, l’Ademe identifiait plusieurs obstacles à la généralisation du système : “des freins techniques existent et compliquent la mise en œuvre: multiplicité des modèles de bouteilles, conception pour permettre leur ré-employabilité (résistance aux chocs et à l’usure pour permettre la collecte, le lavage et un nombre de réutilisations suffisant) ou encore présence d’étiquettes non-adaptées (ne partant pas au lavage). Il existe également des contraintes organisationnelles (place disponible, moyens humains, partage de la valeur), en particulier pour une collecte en grandes et moyennes surfaces, qui constitue un levier important de développement”.

Un système efficace à échelle régionale

En Alsace, la tradition ne s’est jamais vraiment perdue. Selon l’association Zero Waste France, dans l’ancienne région, 30% des magasins de la grande distribution sont déjà équipés de machines récupérant automatiquement les bouteilles consignées.

Le réseau Alsace Consigne souhaite néanmoins aller plus loin. Parmi ses projets, il évoque la mise en avant des produits consignés dans des magasins pilotes, la création d’une carte interactive pour identifier les points de vente de produits consignés et la sensibilisation des restaurations au système de consigne.

Pour l’instant, l’initiative est limitée aux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Un périmètre justifié par Zero Waste France : “Lorsqu’elle se pratique à l’échelle régionale, l’impact environnemental de la consigne pour réemploi est bien plus positif que celui de l’usage unique”. Sur des zones plus vastes, les intérêts environnementaux et économiques de la consigne seraient moins vrais en raison des coûts de transport.

Outre l’avantage écologique, le réseau Alsace Consigne argumente sur la rentabilité du système. Dans les grandes surfaces de l’Est, les eaux gazeuses nature en verre consigné auraient ainsi enregistré une hausse des ventes de 9% en 2018.

1 Commentaire

Comment Carola, Lisbeth et Meteor veulent réhabiliter la consigne en Alsace

Francis
03/05/2019 19h:32

BRAVO!!! il faut encourager halte au lobby industriel du plastique

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS