Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Comment avec l'effacement, la PME Energy Pool veut empêcher le black-out

, , ,

Publié le , mis à jour le 17/01/2017 À 11H17

En seulement huit ans, Energy Pool est devenu le leader de l'effacement en France. En lien direct avec RTE, la jeune PME module en temps réel la consommation d'industriels français. Depuis ses installations savoyardes de Bourget-du-Lac, quelque 2,5 gigawatts de flexibilité sont supervisés.

Comment avec l'effacement, la PME Energy Pool veut empêcher le black-out

Levez les yeux, vous apercevrez les sommets alpins blanchis par les chutes de neige. C’est à quelques encablures du lac du Bourget, en Savoie, qu’Energy Pool est posé depuis sa création, en 2009. Au sein du technoparc Savoie Technolac, la société est entourée par l’école d’ingénieurs Polytech Annecy-Chambéry, le laboratoire de mathématiques de l’université Savoie-Mont-Blanc, l’IUT de Chambéry et l’Inseec. Non loin de là se trouvent aussi l’Institut national de l’énergie solaire (Ines), le centre d’ingénierie hydraulique d’EDF, des start-up. Un écosystème idéal pour le cerveau du leader français et européen de l’effacement électrique. Energy Pool y a installé son centre de pilotage avec sa plate-forme DRMS ("Demand response management system", système de gestion des flexibilités de la consommation). Des opérateurs se relaient devant une dizaine d’écrans 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ils supervisent les marchés, les données de consommation des clients industriels et leur pilotage.

Une équipe d’astreinte, composée de cadres et de techniciens, se tient prête à aider les opérateurs. Energy Pool suit en temps réel les événements et notifications du réseau électrique et module, en réponse, la consommation d’électricité de ses clients, pour la plupart des industriels électro-intensifs, dont MSSA et Ferropem. En sept ans, la start-up est devenue une PME qui emploie 90 personnes dans le monde, dont 49 au Bourget-du-Lac, près de Chambéry. Elle est implantée en Belgique, au Royaume-Uni, au Cameroun, au Japon, en Corée du Sud depuis 2015, et en Turquie depuis cet automne. Créée par Olivier Baud, ancien président des activités aluminium de Pechiney, Energy Pool prévoit un chiffre d’affaires supérieur à 60 millions d’euros cette année, contre 25 millions l'an passé. Et vise 60 % de ventes à l’international à ce même horizon, alors qu’elles s’élèvent à 25 % actuellement. Le partenariat stratégique avec Schneider Electric, qui avait pris le contrôle de la start-up, a favorisé ce rapide développement à l’international. Depuis 2016, Energy Pool s’est émancipé de Schneider et vole de ses propres ailes.

Un pilotage en temps réel

Les clients d’Energy Pool rendent service au système électrique, en évitant de consommer de l’électricité quand la demande nationale est plus forte que prévu. Jusqu’à récemment, satisfaire cette demande pour RTE (Réseau de transport d’électricité), le gestionnaire du réseau haute tension, supposait d’acheter des surplus d’énergie au prix fort à des centrales polluantes. Avec l’effacement, les consommateurs sont sollicités par RTE et rémunérés pour leur contribution à l’équilibrage entre la production et la consommation. L’échange passe par Energy Pool, qui agrège les effacements de plusieurs consommateurs industriels pour en faire une offre intéressante pour RTE. "Notre cœur de métier est de maîtriser la flexibilité électrique des gros industriels, explique François-Xavier Bisbrouck, le directeur commercial pour l’Europe de l’Ouest. Nous sommes le seul agrégateur en France à proposer des solutions pour l’ensemble des mécanismes d’effacement de RTE. Nous sommes capables de proposer des effacements avec des notifications à long terme et de faire de la régulation de fréquence, avec un délai de notification de l’ordre de quelques secondes."

Actuellement, Energy Pool supervise en permanence 2,5 gigawatts de flexibilité, soit l’équivalent de la consommation d’électricité de millions d’habitants. Selon l’entreprise, ce sont 883 008 tonnes de CO2 qui ne sont pas rejetées dans l’atmosphère grâce à ces effacements. Son objectif pour 2017 : atteindre une puissance de 4 gigawatts. Elle est en relation avec ses clients via des automatismes en temps réel grâce à sa DR Box qui connecte les installations des consommateurs à son centre de pilotage. "La DR Box nous permet de faire varier la tension sur le réseau électrique du client, dans les limites agréées par le client, précise François-Xavier Bisbrouck. Celui-ci participe ainsi à la régulation, seconde par seconde, de la fréquence du réseau national, tout en poursuivant son activité. C’est valable pour un producteur d’aluminium comme pour le système de ventilation d’un bâtiment tertiaire, où la baisse de rotation de gros ventilateurs n’est pas perceptible pour le public, alors qu’elle est valorisée sur le réseau."

Le centre opérationnel de Chambéry est en communication constante avec les gestionnaires de réseaux, RTE en France, National Grid au Royaume-Uni, Elia en Belgique, et avec l’ensemble des clients d’Energy Pool. Pour optimiser les processus industriels de ses clients, qu’ils soient métallurgistes ou cimentiers, Energy Pool emploie des ingénieurs spécialisés dans leurs métiers. C’est l’un de ses axes de R & D : élaborer de nouveaux processus de valorisation et étendre le champ de compétences industrielles. "Nombre d’industriels ignorent encore ce qu’est l’effacement énergétique, prévient François-Xavier Bisbrouck. Au Royaume-Uni, pays pourtant très actif dans ce secteur, 70 % des industriels n’en ont jamais entendu parler. En France, nos axes de recherche portent sur le secteur du froid pour valoriser les process."

Afin de gagner des parts de marché, Energy Pool renforce aussi les services aux industriels pour les accompagner dans l’optimisation de leur consommation d’énergie et la valorisation de leur flexibilité. Cette diversification dans les services se double d’une diversification dans les secteurs : Energy Pool pilote désormais l’effacement de centres commerciaux et de groupements d’immeubles. En France, alors que plusieurs réacteurs nucléaires sont à l’arrêt, il s’attend à une multiplication des tensions sur le réseau électrique. De bon augure pour l’effacement.

 

"Nous concentrons nos efforts sur l’international"

L'Usine Nouvelle : En quoi l’activité d’Energy Pool est-elle liée à l’essor des énergies renouvelables ?

Olivier Baud, président d'Energy Pool : Les productions photovoltaïques et éoliennes sont caractérisées par une forte variabilité qui tend à déstabiliser le système électrique et demande de nouvelles solutions de flexibilité, comme l’effacement. Energy Pool s’est intéressé dès 2012 aux énergies renouvelables (EnR) avec le projet EnR-Pool. Ce projet visait à étudier comment la variabilité des productions EnR pouvait être compensée par les flexibilités des consommateurs industriels.

Les centrales solaires et éoliennes peuvent-elles aider à réguler le réseau ?

Dans le cadre de nos activités R & D, nous étudions comment un pilotage intelligent des centrales photovoltaiques leur permettrait de participer à la régulation de la fréquence du réseau, la réserve primaire. Depuis 2014, Energy Pool est le seul agrégateur à fournir de la réserve primaire à RTE en modulant en continu la consommation d’industriels. Cette réserve est essentielle pour faciliter l’essor des EnR sur les réseaux, car elle est utilisée en permanence pour compenser les déséquilibres entre l’offre et la demande.

Quels sont vos projets de développement pour les années à venir ?

Nous concentrons nos efforts sur notre déploiement à l’international. Nos opérations devraient débuter en Turquie dès le premier trimestre 2017 sur un marché de modulation conséquent. Nous développons également activement l’Arabie saoudite et le Japon. Par ailleurs, nous travaillons sur une nouvelle offre qui vise à permettre au fournisseur de piloter lui-même la flexibilité de ses clients, un modèle baptisé "Solution for utility". Cette offre sera dévoilée d’ici à la fin de l’année. 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle