Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Collision entre un TGV et un TER : des rongeurs à l'origine de l'accident

, ,

Publié le

D'après le rapport d'enquête de la SNCF, l'accident entre un TGV et un TER qui s'est produit à Denguin près de Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 17 juillet dernier serait notamment du à "l'action de rongeurs sur les gaînes d'isolement des câbles, malgré le dispositif de précaution existant".

Collision entre un TGV et un TER : des rongeurs à l'origine de l'accident © eldelinux - Flickr c.c.

La collision d'un TER et d'un TGV à Denguin, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques), qui a fait 40 blessés le 17 juillet lorsque le premier a percuté le second en raison d'un signal passé au vert, est en partie due à des rongeurs qui ont endommagé des câbles, indique le rapport d'enquête de la SNCF mis en ligne samedi 26 juillet.

Une "conjonction technique très exceptionnelle et sans précédent"

Dans ce document, la compagnie présente les conclusions de son enquête interne et précise que le défaut d'isolement est lié à une "conjonction technique très exceptionnelle et sans précédent". L'accident aurait en effet été provoqué par le "cumul de trois événements": "l'action de rongeurs sur les gaines d'isolement des câbles, malgré le dispositif de précaution existant, le fait que les deux fils détériorés étaient situés à l'extrémité de la chaîne électrique commandant le signal, enfin une séquence défavorable provoquant la mise en contact de deux fils électriques, comme des vibrations ou encore la mise en tension des circuits voisins".

C'est donc parce que les fils électriques étaient en partie exposés qu'ils ont été mis en contact et amené le signal à passer au vert alors que le TER reliant Pau et Dax aurait du rester à l'arrêt en attendant que le TGV Tarbes-Paris devant lui reparte. Le TER a donc repris une vitesse normale de 120 km/h jusqu'à ce que le conducteur aperçoive le TGV et tente de freiner, sans avoir cependant assez de marge pour éviter la collision.

10 000 installations similaires vérifiées d'ici fin septembre

La SNCF précise que d'ici la fin septembre, toutes les autres installations similaires, au nombre de 10 000, seront vérifiées, afin de contrôler "l'isolement de l'installation" et les "équipements présents dans la guérite et, notamment ,le bon état des fils et câbles électriques". "Un réexamen approfondi des normes de conception physique de la protection de ce type d'installations et de leurs normes d'entretien" a également été engagé.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle