Collection Londres 2012 : la chimie habille les sportifs !

Publié le

Les chimistes se plient en quatre pour innover et offrir aux sportifs les textiles qui favoriseront leur accès au podium. Qu’il s’agisse d’habiller le sportif ou de contribuer à son équipement, les textiles sont une des clés du succès de ces jeux olympiques. Leur objectif : aider les athlètes à se surpasser dans un environnement sécurisé mais confortable.

Chaque discipline sportive nécessite des matériaux aux propriétés multiples pour répondre aux besoins sans cesse croissants des sportifs. Les fibres naturelles ne peuvent pas répondre à cette demande trop spécifique et le synthétique ouvre des perspectives infinies avec notamment des polymères modulables à volonté.

Combinaison chimique pour combinaison de sports

Nager, rouler et courir : le triathlon figure depuis 2000 au programme des jeux olympiques. Un important défi pour la chimie qui a mis au point cette "seconde peau" : une combinaison unique  pour une triple performance. Un tissu en polyamide et élasthanne avec un traitement chimique fluoré garantit un séchage en 3 minutes à la sortie de l’eau tandis que des galons en silicone empêchent la remontée de la combinaison lors de la course à pieds et en vélo.

L’art de nager révolutionné par l’innovation chimique

Côté piscine, les designers s’attaquent très vite au maillot pour laisser aux athlètes une liberté maximum dans leurs mouvements. Les chimistes les rejoignent pour participer à l’évolution voir la révolution que vont subir ces vêtements.


Le carbone arrive dans les maillots de JO de Londres avec Arena Powerskin Carbon Pro

Si au début du XXe siècle la laine est de rigueur, de nouvelles matières vont la remplacer. Ainsi l’élasthanne devient incontournable pour une meilleure élasticité et un meilleur confort. Le propylène, par sa qualité hydrophobe, a fait sécher le maillot de façon ultra rapide.

Dernière innovation pour les JO de Londres : Arena® qui intègre du carbone afin d’obtenir une compression musculaire optimale. Le maillot contribue ainsi à une meilleure performance du nageur tout en lui permettant de mieux récupérer après l’effort.

C’est d’ailleurs, ce même objectif que visaient les combinaisons 100% polyuréthane interdites par la Fédération française de natation (FINA) en 2010. Celles-ci augmentaient de façon trop importante la flottabilité du nageur.

La chimie : toute voile dehors

Evincé de nos maillots, le polyuréthane reste cependant, présent aux jeux olympiques, grâce à la voile qui l’utilise pour protéger les goussets de latte. Côté textile, le Kevlar® reste un matériau phare de cette discipline. Ce célèbre aramide est connu pour être plus résistant que l’acier, il se partage le marché avec du polyéthylène à masse molaire très élevée, un polymère dont la résistance égale le Kevlar® mais qui le surpasse dans sa résistance aux UV.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte