L'Usine Matières premières

Collecte des déchets de chantier: les recycleurs en embuscade

Franck Stassi , ,

Publié le

En 2017, les distributeurs de matériaux de construction devront s’organiser pour reprendre ce type de déchets. Si certains négoces se lancent dans l’aventure, les recycleurs rappellent qu’ils sont les mieux placés, expérience et installations obligent.

Et si de nouvelles perspectives s'ouvraient aux recycleurs ? Ils pourraient faire valoir leur expérience dans le cadre d’une nouvelle disposition législative. L’article 21 quater du projet de loi sur la transition énergétique oblige, à compter du 1er janvier 2017, chaque distributeur de matériaux de construction à "s’organiser pour reprendre, sur ses sites de distribution ou à proximité de ceux-ci, les déchets issus des mêmes types de matériaux, produits et équipements de construction à destination des professionnels qu'il vend". Seuls 2% à 3% des points de vente se sont aujourd’hui engagés dans une telle démarche, qui présente des enjeux logistiques, environnementaux et financiers.

"Les négoces ne sont pas faits pour s’occuper du traitement de déchets ! Il faut donner une solution viable à tout artisan afin qu’il puisse trouver une solution pour ses déchets de chantier dans un périmètre donné. Il faudrait par ailleurs passer d’une approche par point de vente à une approche en réseau, en partenariat avec des sociétés spécialisées", estime le président de la Fédération du négoce de bois et des matériaux de construction, Géraud Spire, organisateur d’une table ronde consacrée à ce sujet, mercredi 24 juin à Paris. "Un négoce qui s’y lancerait ne peut pas savoir ce qu’il réceptionnerait, tant en termes de quantités que de dangerosité, ce qui n’est pas sans poser de problèmes de classement des établissements et de formation", abonde Raphael Gas, du Syndicat des recycleurs du BTP.

Une concertation indispensable entre les acteurs du négoce et du recyclage

Les professionnels vont donc devoir prendre leurs responsabilités en la matière, rappelle Erwan Le Meur, président de Federec BTP, la branche dédiée aux déchets de chantiers de la Fédération des entreprises du recyclage. Il est également directeur délégué de Paprec Group. "Un certain nombre de collectivités ont pu militer pour la mise en place d’une responsabilité élargie du producteur éco-organisée dans ce secteur. Elles ne veulent plus payer, dans leurs décharges, pour les déchets des artisans", rappelle-t-il. Il suggère la mise en place de systèmes de gestion déléguée à des professionnels, la société de recyclage procédant à la facturation, et à la création, moyennant des accords locaux, de déchetteries professionnelles vers lesquels renverraient les négoces partenaires.

La question du coût de la collecte des déchets est également posée. "Il faut faire baisser ce coût en réussissant à faire de ces déchets une ressource. Il faut par ailleurs améliorer le maillage du territoire en points de traitement des déchets afin de les rendre plus compétitifs par rapport aux matériaux issus de carrières", explique quant à elle Christine Cros, chef du bureau de la planification et de la gestion des déchets au ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. "Beaucoup de déchets sont difficilement réutilisables", tempère Raphael Gas.

Les fabricants de matériaux également concernés

"Le premier acte du recyclage commence sur le chantier, avec le tri", indique pour sa part Vincent Hannecart, directeur commercial et marketing de Saint-Gobain Placoplatre : les matériaux sont au cœur de cette problématique, en amont de leur collecte et de leur valorisation. En amont de la collecte et de la valorisation des déchets, les fabricants de matériaux ont un rôle à jouer, complète Damien Nowak, responsable Nouveaux métiers et services chez Saint-Gobain Isover : "nous avons déjà un taux de chute très faible sur la laine de verre. Nous compressons de plus en plus nos produits, nous utilisons moins de film pour l’emballage, et nous optimisons la logistique".

Pour l’heure, le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie attend, de la part de la filière, des "propositions" d’ici à la mi-juillet pour l’accompagner dans la rédaction des décrets accompagnant la loi.

Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte