Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Colas ferme sa raffinerie à Dunkerque

, , ,

Publié le

Le groupe Colas annonce l’arrêt et la mise en vente de la Société de raffinerie de Dunkerque (Nord). 110 salariés et 140 sous-traitants sont menacés de licenciements.

Les entreprises citées


Crédits Colas - Raffinerie de Dunkerque

"Cette fois, c’est la fin", lâche un salarié sortant de la réunion du 14 janvier 2016 au cours de laquelle Jérôme Dussere, PDG de la Société de raffinerie de Dunkerque (SRD) et de la branche bitume de Colas, a officiellement annoncé l’arrêt et la mise en vente de la raffinerie. Placée en période d’arrêt pour maintenance durant la période de fin d’année, la SRD ne redémarrera pas.

Plus personne, tant du côté des syndicats que des élus locaux, ne semble croire en l’hypothétique venue d’un repreneur dans un délai de deux mois. "Un plan social sera négocié pour trouver les meilleures solutions pour les salariés de SRD, qui emploie 111 personnes", annonce Colas dans un communiqué. En y ajoutant les sous-traitants, ce sont 250 emplois qui sont menacés, rectifie Patrice Vergriete, le maire et président de la communauté urbaine de Dunkerque (Nord).

Une perte de 75 millions d’euros en 2015

"Les pertes opérationnelles courantes se sont élevées à 22 millions d’euros en 2012, 46 millions d'euros en 2013, 64 millions d'euros en 2014 et seront de l’ordre de 75 millions d'euros en 2015. Fin 2014, pour tenter de sauvegarder le site de production de SRD, il avait été décidé de supprimer les lignes de production d’huiles de base et de recentrer l’outil industriel sur la production de bitume. L’objectif était d’atteindre progressivement l’équilibre opérationnel en 2016 et 2017 dans un marché où, à l’époque, le prix du brut était encore supérieur à100 dollars le baril. L’exercice 2015 n’a malheureusement pas démontré la viabilité de ce modèle", détaille Colas, filiale du groupe Bouygues, dans son communiqué.

C’est en juillet 2010 que le groupe Colas avait acquis 100% du capital de la Société de la raffinerie de Dunkerque, cédé par ExxonMobil France Holding SAS et Total Lubrifiants. A l’époque cette société employait encore 260 salariés, et était spécialisée dans le raffinage de spécialités (bitume, huiles de base, paraffine). Elle produisait 300 000 tonnes de bitume par an, soit près de 25% de la consommation de bitume des filiales Colas en France.

150 emplois supprimés en 2014

En octobre 2014, Colas avait présenté une restructuration majeure de l’activité de la raffinerie en cessant la production d’huile de base de de paraffine, pour ne se consacrer qu’à la production de bitume. Cette opération entrainait la suppression de 150 emplois. Dans le même temps, Colas annonçait un investissement de 20 millions d’euros sur trois ans, pour modifier le combustible en abandonnant le fioul lourd pour opter pour du gaz naturel. Ce qui avait entrainé la modification des chaudières à vapeur et l’installation de nouveaux bruleurs.

Construite en 1932

La perspective de l’arrêt total de la Société de la raffinerie de Dunkerque (SRD), intervient cinq ans après la fermeture de la raffinerie des Flandres du groupe Total (370 salariés). La SRD fait partie des plus anciens sites industriels de Dunkerque. Elle a été construite en 1932 par la Raffinerie des pétroles du Nord de la société Petrofina. Elle a été reconstruite entre 1947 et 1952, suite aux vastes destructions de la guerre, et est alors passée sous le giron de la Société française des pétroles BP. La raffinerie affichait alors une capacité annuelle de traitement de 2 000 000 tonnes de pétrole brut et une chaîne de fabrication de lubrifiants de 60 000 tonnes par an.

En 1982, elle cesse son activité de pétrole brut pour se consacrer uniquement à la seule production de lubrifiants et de bitumes (250 000 tonnes par an). Depuis 1992, BP s’était associé à Elf (Total) pour exploiter le site. En 2000, le capital de la SRD était détenu à 50% par ExxonMobil, 40% par TotalFinaElf et 10% par BP, avant d’être totalement repris par Colas en juillet 2010.

Francis Dudzinski

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle