Coca-Cola sabre dans ses équipes marketing

En France, une vingtaine de salariés devraient perdre leur emploi, auxquels s’ajoutent 100 à 130 suppressions de postes supplémentaires dans les autres pays d’Europe. La CFDT conteste le bien-fondé de telles mesures, Coca-Cola restant une formidable machine à générer du cash.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Coca-Cola sabre dans ses équipes marketing

La réorganisation de son marketing à l’échelle européenne à laquelle se consacre Coca-Cola suscite la colère parmi les syndicats, plus particulièrement la FGA-CFDT. Défendant les intérêts des salariés dans l’industrie agroalimentaire, la FGA-CFDT ne comprend pas la raison pour laquelle 120 à 150 collaborateurs en Europe du numéro un mondial des boissons sans alcool feront les frais d’une telle «reconfiguration». Au siège de Coca Cola France à Issy-les-Moulineaux, où travaillent quelque cent salariés, une vingtaine de collaborateurs sont concernés. «Nous n’avons rien vu venir», a confié à un quotidien économique français une élue de la FGA-CFDT. L’étonnement est de mise: «Coca demeure pourtant une machine à cash exceptionnelle».

Le colosse américain des boissons gazeuses et des sodas cherche à adopter une stratégie marketing homogène embrassant tous les pays du continent européen, que chaque filiale nationale se contentera de mettre en œuvre. En somme, il s’agit d’un cran supplémentaire dans la rationalisation des activités de Coca-Cola, ce qui implique de renoncer à la superposition des plans marketings locaux en vigueur jusqu’à ce jour.

Le projet de réorganisation avait déjà été soumis aux syndicats en mars 2010. Comme la consultation des instances du personnel a pris fin récemment, le groupe veut maintenant passer à l’action.

Nuançant les choses, la directrice des ressources humaines de Coca-Cola en France, Claire Sillam, a promis des mesures de reclassement grâce auxquelles un certain nombre de personnes devraient rester en activité au sein de la filiale tricolore. Geste de bonne volonté supplémentaire: elle a même garanti qu’ «un effort particulier d’accompagnement sera fait pour ceux qui ne retrouveraient pas de poste en interne, avec une offre ferme d’emploi en externe.»

ENTRETIENS D'EMBAUCHE EN ANGLAIS: LA LOI LE PERMET-ELLE?


Une polémique entre laFGA-CFDT et Coca-Cola a commencé à faire des bulles! Selon les syndicats, les cadres français bénéficiant d’un reclassement seraient soumis à l’obligation de passer des entretiens en anglais et peut-être même par le biais d’une web-cam. Ils accusent le géant des boissons gazeuses d’ignorer la Loi Toubon promulguée en 2004.

Visant à protéger la langue française et même à favoriser son enrichissement, la loi Toubon a pris des couleurs supplémentaires en 2005 quand un parlementaire a réussi à faire adopter des dispositions s’adressant plus spécifiquement aux entreprises. Entre autres obligations, les chefs d’entreprises sont tenus de soumettre à leurs effectifs un rapport concernant l’usage de la langue française sur les lieux de travail. Depuis 2005, plusieurs multinationales implantées en France, qui ont préféré tourner le dos à cette réglementation dans le domaine linguistique, se sont vues infliger des amendes.

Claire Siliam a jugé opportun de préciser que « pour les postes à responsabilité européenne, il y aura un entretien en anglais, car c’est notre langue de travail». Toutefois, les entretiens
se feront dans la langue de Molière, pour ceux à pourvoir au sein de la filiale française.

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS