Tout comme Total, CMA CGM abdique en Iran

Le groupe de transport maritime français CMA CGM va cesser la desserte de l'Iran. En cause, la décision de l'administration Trump d'imposer de nouvelles sanctions aux entreprises commerçant avec Téhéran.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tout comme Total, CMA CGM abdique en Iran
Le groupe de transport maritime français CMA CGM va cesser la desserte de l'Iran à la suite de la décision de l'administration Trump d'imposer de nouvelles sanctions aux entreprises commerçant avec Téhéran. /Photo prise le 31 mai 2018/REUTERS/Jon Nazca

Et à la fin, c'est Donald Trump qui gagne... A cause des décisions de l'administration américaine de se retirer de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien, "nous avons mis un terme à la desserte de l'Iran", a annoncé le PDG du groupe, Rodolphe Saadé, lors d'un débat à l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence le 7 juillet. "Nos concurrents chinois hésitent un peu, donc ils ont peut-être des relations différentes avec l'administration Trump", estime-t-il.

Le numéro trois mondial du transport maritime avait signé en 2016 un protocole d'accord avec l'Islamic Republic of Iran Shipping Lines pour échanger ou louer des espaces de navires, exploiter des lignes maritimes communes et coopérer sur l'utilisation de terminaux portuaires.

Or deux nouveaux trains de sanctions seront mis en place par les Etats-Unis début août puis début novembre, dans le sillage de la décision de Washington. Un choix lourd de conséquences pour les entreprises qui souhaitaient investir dans la région. Les industriels français Airbus et Total ont ainsi vu leurs projets menacés.

Total a ainsi annoncé le 16 mai qu’il ne poursuivrait pas son grand projet gazier entamé en juillet 2017 en Iran... à moins d'obtenir une dérogation de la part des autorités américaines. Dérogation que son patron lui-même, Patrick Pouyanné, juge très peu probable... Le retrait possible de Total du gisement gazier South Pars n'a pas ralenti le projet et Téhéran est par ailleurs en contact avec le russe Gazprom pour développer deux autres champs, affirme désormais l'Etat iranien.

(avec Reuters: Pascale Denis, édité par Myriam Rivet et Jean-Philippe Lefief)

0 Commentaire

Tout comme Total, CMA CGM abdique en Iran

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS