Cloud pour industriels : Bénéfices et conseils avant de se lancer

Modernisation et consolidation du secteur, émergence de nouveaux modèles économiques, accroissement des demandes de personnalisation, complexification des supply chains, etc. L'industrie est bousculée et doit revoir des processus figés depuis trop longtemps. Pour amorcer sa transition, et accéder aux dernières innovations, migrer vers le Cloud  est aujourd’hui la réponse la plus accessible, la plus simple et la moins coûteuse. Quelques conseils pour prendre le virage du Cloud. 

Partager

Cloud pour industriels : Bénéfices et conseils avant de se lancer
Si elle a mondialement doublé entre 1988 et 2007, la productivité industrielle stagne de manière générale depuis 2010. Plusieurs causes à cela. En 2008, la crise financière a directement impacté la demande et les investissements des industriels. En parallèle, la faible évolution du capital humain et des compétences ont généré une inadéquation des compétences et de la précarité. Aujourd’hui, de nombreux industriels réalisent que leur système d’information est incapable de prendre en charge les stratégies opérationnelles requises pour réussir dans leur entreprise à l'ère de l'industrie 4.0, voire 5.0. Certains évoluent parfois sur des systèmes obsolètes s'appuyant sur des systèmes hautement modifiés, des processus incomplets et des correctifs à court terme. Avec pour conséquences directes : des systèmes d'entreprise déconnectés, un manque d'adhésion de la direction et des utilisateurs, une feuille de route technologique vide et une absence de stratégie de données unifiées. Parmi les quatre grands domaines d'amélioration figurent la productivité des collaborateurs, l'expérience client, la supply chain et les équipements.
Le Cloud ne se résume plus à un espace de stockage
Dans la plupart des esprits, parler de Cloud aujourd’hui se limite à parler d’infrastructures élastiques ou infinies dispensant les industriels de toutes préoccupations de performance ; notamment pour gérer les questions de scalabilté face aux pics des demandes consommateurs. Mais pas uniquement. Il est important de noter qu’en termes de sécurité ou de conformité, tout est désormais à la charge du fournisseur. Face aux nouvelles normes européennes ou américaines, d’un côté, et à la complexification des cyberattaques de l’autre, il s’agit là d’un vrai soulagement pour les équipes informatiques internes. Si, hier, les yeux étaient rivés sur la souveraineté des données, aujourd’hui, le problème numéro un est probablement la cybersécurité. Et les éditeurs sont les mieux placés pour suivre, se mettre à jour et se protéger contre les réseaux de hackeurs. “Pour moi, aller vers le Cloud, c’est réussir à encourager l’adoption des nouvelles technologies, plus faciles d’accès et, par extension, pouvoir innover plus vite.”, précise un chef de projet ERP du secteur automobile.
Cinq bénéfices :
  1. Une facturation à l’usage par opposition aux solutions On-Premise obligeant l’achat de matériels, de licences et avec des frais d’installation et de support ainsi qu’une immobilisation de Capex.
  2. Une sécurité toujours à l’ « état de l’art » et une scalabilité de la demande qui est gérée par les fournisseurs de services et assurée par des plateformes Cloud (notamment AWS).
  3. Des mises à jour sont gérées par l’éditeur et souvent plus fréquentes que sur des solutions On-Premise. À ce titre, le multi-tenant est un avantage, car il fait bénéficier d’innovations qui sont partagées par l’ensemble des clients, par exemple autour de l’Intelligence Artificielle ou de l’Internet des Objets.
  4. Quand il est multi-devices, le Cloud permet de rester connecté n’importe où et de faciliter les demandes d’accès aux nouveaux utilisateurs.
  5. À termes, une véritable optimisation du coût total de possession (TCO).
Cinq conseils :
  1. Accepter de ne pas garder la maîtrise complète de la solution technique. Il faut donc entrer dans une relation de confiance et, bien sûr, de phases de tests : “La confiance n’exclut pas le contrôle”.
  2. Garantir la sécurité de l’exploitation des données, car le Cloud est un moyen, mais la valeur, ce sont les données qui vont être exploitées. Il faut donc étudier leur stockage et anticiper dès le contrat, la stratégie de sortie.
  3. Accepter de limiter les “surcouches” internes, c’est-à-dire la « customization » de la solution qui induit, trop souvent dans les solutions On-Premise, à la prolifération “d’usines à gaz”.
  4. Tester les interruptions de services qui doivent être contractualisées dans le cadre de Service Level Agreements (SLA).
  5. Tout n’a pas vocation à être basculé dans le Cloud, il est conseillé de commencer par les processus clés.
En tirant parti des dernières innovations, les industriels pourront soutenir les initiatives organisationnelles et connecter les personnes, les processus et les données. Ils pourront combiner l'automatisation intelligente avec de solides capacités de prise de décision en temps réel, favorisant ainsi un environnement de « fabrication intelligente » plus productif et plus efficace, seul moyen de franchir un palier, d’accéder à un prochain cycle d’innovation et d’augmenter la productivité.
Contenu proposé par INFOR

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS