Cloud computing : la règlementation européenne doit vite évoluer, selon le CERN

Le CERN s'impatiente face à la révision de la directive européenne sur la protection des données, condition nécessaire au développement de projets de Cloud computing en Europe. Bruxelles estime qu'il faudra encore deux ans minimum pour voir appliquer le nouveau texte. En attendant, le centre de recherche poursuit son projet de cloud, mais il risque d'être bientôt limité.

Partager

Cloud computing : la règlementation européenne doit vite évoluer, selon le CERN

"La règlementation européenne actuelle n'est pas adaptée au Cloud computing et risque de freiner nos projets dans ce domaine, explique à l'Usine Nouvelle Bob Jones, un des responsables du département IT du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire). Nous attendons avec impatience la révision de la directive sur la protection des données qui doit enfin prendre en compte les besoins de l'informatique dans les nuages."

Sauf qu'il faudra encore attendre deux ans, voir deux ans et demi, déplore le responsable. C'est en tout cas le délai évoqué par Megan Richards, directrice générale adjointe, chargée de la société de l'information et des médias de la Commission européenne. Elle s'exprimait lors du Computing World Forum qui s'est tenu à Londres la semaine dernière et auquel participait également Bob Jones

Le responsable du CERN a déclaré à cette occasion que : "le cadre réglementaire actuel est un véritable obstacle", pour les projets de Cloud computing. "J'ai tenu à rappeler l'importance de la révision de la directive sur la protection des données pour les projets de Cloud et les attentes qu'elle suscite", explique-t-il.

Aujourd'hui, la directive 95/46/EC de 1995 fixe des limites strictes à la collecte et à l'utilisation des données à caractère personnel en Europe. Elle interdit les transferts des données personnelles en dehors de l'Union européenne, ce qui est pourtant une nécessité pour les services de Cloud computing, dont bon nombre de data centers sont aux États-Unis.

Une règlementation "d'une autre époque"

Des dérogations sont possibles, mais avec l'autorisation préalable des autorités en charge de la protection des données du pays d'origine de ces informations. Cela peut se révéler un véritable casse-tête pour les sociétés du secteur. C'est pourquoi Bruxelles travaille sur une révision de cette directive, notamment pour tenir compte du Cloud Computing. Un premier "darft" de cette révision a été publié début 2012, mais il faudra donc encore au moins deux ans avant que la nouvelle directive soit appliquée.

"La réglementation européenne actuelle sur la protection des données date d'une autre époque", poursuit Bob Jones. "De plus elle a été adaptée différemment selon les pays. Il faut donc prendre en compte chaque variante locale lorsque vous utilisez un data center implanté dans tel ou tel pays. Nous espérons que la prochaine réglementation sera l'occasion d'uniformiser ces règles."

Le point de vue du CERN fait écho à une récente étude de l'institut Gartner qui concluait également que : l'Europe va prendre deux à trois ans de retard sur les Etats-Unis dans l'adoption du Cloud computing, notamment à cause de la complexité des législations européennes.

Le projet Helix Nebula se poursuit

Rappelons que le CERN est particulièrement impliqué dans le Cloud computing. Il participe au projet Helix Nebula, lancé début 2012, qui allie un consortium d’entreprises et les grands centres de recherches européens.

Objectif : développer une plateforme européenne de Cloud computing, permettant aux centres de recherches de disposer de toutes les ressources nécessaires à leurs travaux, et dans les meilleures conditions. "Avec le projet Helix Nebula, nous allons étudier s’il est faisable techniquement, et s’il est financièrement avantageux, d’exploiter des ressources informatiques additionnelles afin d’épauler nos programmes de recherches", nous confiait en mars dernier, Bob Jones.

Aujourd'hui, il indique que trois premières applications phare de Helix Nebula sont déjà déployées. Elles concernent le projet Atlas de recherche sur les particules élémentaires (boson de Higgs), l’analyse génomique en recherche biomédicale et l'exploitation de données satellite, avec l'Agence spatiale européenne, pour une meilleure observation de la Terre.

"Ces premières applications n'entrent pas dans le cadre de la réglementation sur la protection des données, mais cela pourrait être le cas d'autres projets futurs. Si la révision de la directive prend trop de temps, nous devrons peut-être retarder le déploiement de certaines de ces futures applications", prévient Bob Jones.

Quant au consortium : "de nouveaux industriels sont attendus dans les prochaines semaines", conclut le responsable. Il compte aujourd'hui : Atos, Capgemini CloudSigma, Interoute, Logica, SAP, SixSq, Telefonica , Terradue, Thales, Orange Business Services , The Server Labs et T-Systems.

CHRISTOPHE GUILLEMIN

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS