Climat : New York pour oublier Copenhague

[ACTUALISE] Le sommet sur le climat qui se tient, ce mardi 23 septembre, à New York à l’initiative de Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, réunit une centaine de chefs d’Etat du monde entier. Objectif : susciter l’engagement des dirigeants pour faire progresser la lutte contre les changements climatiques et impliquer tout le monde. A commencer par les entreprises.

Partager
Climat : New York pour oublier Copenhague

Actualisation à 17h30 : François Hollande annonce ce 23 septembre que la France contribuera à hauteur d'1 milliard de dollars au futur "Fonds vert" de l'ONU pour le climat, qui doit aider les pays vulnérables à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à s'adapter au réchauffement climatique.

300 000 personnes ont marché dans les rues de New York, à deux jours du sommet de l’ONU, pour exiger des mesures efficaces contre le réchauffement de la planète. En 2009, la conférence de Copenhague avait été un fiasco. Sous la pression de la Chine et des Etats-Unis, les deux plus gros pollueurs de la planète, aucune avancée sérieuse n’avait été enregistrée. Certains négociateurs présents dans la capitale danoise ont évoqué un syndrome dépressif post-Copenhague. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU a très mal vécu cet échec. C’est lui qui est à l’initiative du sommet extraordinaire de l’ONU qui se tient à New York, mardi 23 septembre.

Plus de 120 chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus. Leur but : préparer la prochaine conférence de Paris (30 novembre - 11 décembre 2015) et donner un nouvel élan aux négociations internationales sur le réchauffement climatique, cinq ans après l’échec de Copenhague. Car il y a urgence. Au rythme actuel, l’humanité aura épuisé dans 30 ans son quota d’émissions de CO2. Au-delà, le réchauffement planétaire dépassera le seuil de 2°C d’ici à la fin du siècle. Le rapport annuel du Global Carbon Project (GCP) chiffre à 2,3% l’augmentation en 2013 des émissions de dioxyde de carbone. Elles devraient encore augmenter de 2,5% cette année.

Mettre les entreprises dans le jeu

"Cette fois, les politiques ne doivent pas intervenir après les experts mais en amont, en prenant des engagements et en donnant une ligne directrice qui permette de travailler efficacement, explique une source proche du gouvernement. Depuis la conférence danoise, un consensus s’est dégagé sur le fait que le problème est trop compliqué, qu’il faut le découper en petits morceaux. Sur la rénovation thermique, les forêts, les transports... Chaque pays doit donner son cadre. Indiquer, par exemple, des objectifs en matière d’énergies renouvelables et de transition énergétique." Reste que le climat concerne tout le monde, à commencer par les entreprises et notamment le secteur de l’industrie. Des initiatives regroupant Etats, villes, entreprises et ONG vont travailler ensemble pour arriver à mettre en place des solutions et à prendre des mesures dans les domaines de l’énergie, des transports et des milieux urbains, du financement, etc.

Dans ce domaine certaines entreprises ont pris les devants. Il y a quelques mois, GDF Suez a lancé l’émission d’une obligation verte (Green bond) de 2,5 milliards d’euros pour financer des projets dans les énergies renouvelables. En vue de la future conférence de Paris, Solutions COP 21 est une initiative lancée en juillet dernier pour valoriser les engagements et les solutions mises en place par les secteurs public (Ademe, Mairie de Paris, Inpi,…) et privés (GDF Suez, Rexel, Schneider Electric, Suez Environnement, Veolia,…). Prochainement, une plateforme web sera opérationnelle pour présenter les technologies et les initiatives de ces entreprises. La prise de conscience doit aussi aider les Etats à avancer. Car il reste en effet beaucoup à faire. "Seuls 25 % des déchets dans le monde sont valorisés", rappelait en juillet dernier Amélie Rouvin, chef de projet développement durable chez Veolia.

Olivier Cognasse

0 Commentaire

Climat : New York pour oublier Copenhague

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Environnement

Dépoussiéreur industriel : Filtre à manches FP rectangulaire

FB FILTRATION

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS