Clients et actionnaires au chevet de Valfond

Partager

Grand malade de la sous-traitance, Valfond n'est plus maître de son destin. Alors que les tribunaux de commerce de Nanterre et Lyon ont nommé des mandataires adhoc, ses clients du secteur de l'automobile, au premier rang desquels PSA Peugeot Citroën et Renault, étudient avec l'actionnaire principal UBS Capital un plan de restructuration de la division « véhicules particuliers » du groupe de fonderie et d'usinage. L'avenir de chacun des sites est conditionné au soutien qui lui sera accordé, en terme de capitaux de la part de l'actionnaire, et en termes de commandes de la part des clients.

L'Etat s'est lui aussi saisi du dossier, notamment par le biais du Comité interministériel des restructurations industrielles (Ciri). Un plan d'échelonnement des dettes fiscales et sociales - très élevées - est en préparation, sous l'égide de la Commission des chefs de services financiers des Hauts-de-Seine, où se trouve le siège social de Valfond.

En parallèle, des négociations sont en cours avec des acquéreurs potentiels. Mais nul ne sait aujourd'hui quel sera le résultat de ce qui ressemble à l'opération de la dernière chance.

Laurence DEMOULIN

Voir l'article publié dans le numéro de L'Usine Nouvelle à paraître aujourd'hui (n°2818 du 28 mars 2002),

en page 22.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS