Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Claude Dimoff délégué CGT de Dunlop amiens « j'avais exploré toutes les pistes »

, , ,

Publié le

Claude Dimoff délégué CGT de Dunlop amiens « j'avais exploré toutes les pistes »
Claude Dimoff délégué CGT de Dunlop Amiens

Quand il entre dans la salle de négociation, le 17 mars 2008, Claude Dimoff sait qu’il signera l’accord car, au coucher du soleil, expire l’ultimatum de la direction. Mais cette dernière ne le sait pas encore. « Nous voulions pouvoir nous opposer à elle jusqu’au bout, tout en sachant qu’on ne pourrait pas aller plus loin, car nous connaissions son entêtement », se souvient l’ancien délégué CGT, retraité depuis un an. La tension dans la salle et dans l’usine Dunlop d’Amiens Sud est palpable. « Le chantage était le suivant : sans accord, c’était 478 licenciements et une fermeture à terme. » La responsabilité de ce représentant du syndicat majoritaire est lourde. « Je savais que si je ne signais pas, aucun accord ne pouvait s’appliquer », dit-il. La réunion dure deux heures. Après quelques modifications la direction lance : « Maintenant, vous vous décidez. » Le syndicaliste a la certitude qu’elle ne bluffe pas. « Quand vous passez autant de temps avec des gens, vous finissez par les connaître. Nous avions fait ensemble une quinzaine de réunions depuis un an pour négocier des primes et des reclassements. » Ensemble, ils partagent l’épreuve de l’usine Dunlop, qui se solde par un dépôt de bilan, la suppression de 270 emplois et la vente à Sumitomo, puis à Goodyear. Claude Dimoff signe. « J’avais exploré toutes les pistes. » Cinq ans après, il ne regrette rien. « Les engagements d’investissements et de production ont été globalement tenus. » La CGT-Goodyear de l’usine d’Amiens Nord, en face, ne l’entend pas ainsi et le traite de « vendu ». Il sera radié de la CGT, après 33 ans de maison. Mais il est soutenu par les salariés. Au son de l’Internationale, les ex-élus CGT brûlent leurs cartes, casquettes et drapeaux. Du passé, ils font table rase et créent le syndicat Unsa.

Sa négo En 2008, il signe l’accord d’organisation en 4 x 8 qui bouleverse les rythmes de travail.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle