Clariant gèle son projet de coentreprise avec Sabic, le titre chute

ZURICH/DUBAI (Reuters) - Le chimiste suisse de spécialité Clariant a annoncé jeudi une perte nette au premier semestre, a passé des provisions pour faire face aux conséquences d'une enquête européenne et a gelé un projet de coentreprise avec Saudi Basic Industries (Sabic), au lendemain de la démission inattendue de son directeur général, Ernesto Ochiello.
Partager
Clariant gèle son projet de coentreprise avec Sabic, le titre chute
Le chimiste suisse de spécialité Clariant a annoncé jeudi une perte nette au premier semestre, a passé des provisions pour faire face aux conséquences d'une enquête européenne et a gelé un projet de coentreprise avec Saudi Basic Industries (Sabic), au lendemain de la démission inattendue de son directeur général, Ernesto Ochiello. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

Le titre chute de près de 10% sur ces nouvelles, parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600 (+0,22%).

Le saoudien Sabic, qui détient 25% du capital de Clariant, et le groupe suisse préparaient la création d'une coentreprise dans les matériaux de haute performance.

Clariant, dont le directeur général a démissionné moins d'un an après sa nomination à la tête du groupe, a annoncé suspendre temporairement les négociations.

Sabic a confirmé que les négociations avaient été suspendues, ajoutant dans un communiqué "attendre la reprise des discussions avec Clariant quand les conditions se seront améliorées".

Clariant a aussi annoncé une perte nette de 101 millions de francs suisses (92 millions d'euros), contre un bénéfice de 211 millions il y a un an, sur un chiffre d'affaires stable à 2,2 milliards.

Ces résultats ont été affectés par une provision de 231 millions de francs passée dans le cadre d'une enquête de la Commission européenne, a précisé Clariant.

Dans une note titrée "Quel bazar!", Baader Helvea a retiré Clariant de sa liste de valeurs préférées. Le courtier juge que Sabic pourrait désormais lancer une offre de rachat total sur le suisse, tout en ajoutant qu'il faudra peut-être attendre.

(John Revill à Zurich et Saeed Azhar à Dubai, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS