Clap de fin pour la coentreprise de distribution de joaillerie entre LVMH et De Beers

PARIS (Reuters) - La fin d'une expérience qui n'a pas marchée ? Le groupe De Beers a annoncé mercredi 23 mars avoir racheté à LVMH ses parts dans la coentreprise de distribution de joaillerie qu'il détenait depuis 2001 avec le groupe français qui a racheté l'italien Bulgari en 2011 ce qui l'a propulsé parmi les grands acteurs mondiaux de ce secteur.

Partager
Clap de fin pour la coentreprise de distribution de joaillerie entre LVMH et De Beers
Le groupe De Beers a annoncé mercredi avoir racheté à LVMH ses parts dans la coentreprise de distribution de joaillerie qu"il détenait depuis 2001 avec le groupe français. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Le géant sud-africain du diamant De Beers, filiale du groupe minier britannique Anglo American, avait créé à parité avec LVMH une structure baptisée De Beers Diamond Jewellers et dédiée à la distribution.

L'entreprise compte aujourd'hui 32 magasins situés dans 17 pays avec notamment des boutiques à Londres, Paris et New York.

"En intégrant totalement De Beers Diamond Jewellers au sein du groupe, nous pourrons avoir une offre de diamants plus différenciée, aux côté de notre marque Forevermark", a indiqué De Beers dans un communiqué.

A la création de De Beers Diamond Jewellers, les deux groupes avaient dit vouloir y investir 200 millions de dollars chacun sur cinq ans.

LVMH a racheté l'italien Bulgari en 2011

Mais entre temps, LVMH a considérablement étoffé son pôle de joaillerie avec le rachat de l'italien Bulgari, en 2011, une acquisition stratégique qui a hissé le groupe parmi les grands acteurs mondiaux du secteur.

Selon des analystes, les ventes de la coentreprise sont restées "très limitées" et la sortie de LVMH sans impact matériel sur les comptes du groupe.

"LVMH a finalement décidé de se débrancher d'une JV qui avait été créée alors que le groupe n'avait pas de forte présence dans la joaillerie", souligne Luca Solca, analyste d'Exane BNP Paribas.

La situation est "très différente aujourd'hui et il semble donc plus approprié de tourner la page et de remiser cette expérience du côté des dossiers qui n'ont pas marché", ajoute-t-il.

Le montant des ventes réalisées par la coentreprise et celui de la transaction n'ont pas été rendus publics.

Le groupe LVMH s'est refusé à tout commentaire.

Pour Reuters, Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

28 - LE COUDRAY

Mise en conformité de 2 salles de césarienne au bâtiment Pôle Femme Enfant du Centre Hospitalier de Chartres.

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS