International

Citroën fait son retour en Iran

, , ,

Publié le

PSA a signé un partenariat pour la création d’une société commune avec Saipa, son partenaire historique. La production de véhicules devrait démarrer en 2018. Trois modèles sont d’ores et déjà prévus.

Citroën fait son retour en Iran © PSA

Le groupe PSA et le partenaire historique de la marque Citroën en Iran, Saipa, ont signé ce jeudi 21 juillet un accord pour créer une joint-venture à 50-50 afin d'y produire à nouveau des véhicules de la marque aux chevrons. La société, dont la création sera finalisée en fin d’année, "couvrira l’ensemble de la chaîne de valeur de la conception à la commercialisation des véhicules" indique le constructeur français dans un communiqué.

Les véhicules seront produits à partir de 2018 sur le site de Kashan (Iran), opérationnel depuis six ans, "l’un des sites les plus modernes d’Iran" souligne Jean-Christophe Quémard, directeur de la Région Moyen-Orient et Afrique du groupe PSA. Ce dernier deviendrait propriétaire à hauteur de 50 % de l'usine. "Cette société commune investira plus de 300 millions d’euros en capacités industrielles et en Recherche & Développement, au cours des cinq prochaines années", poursuit le communiqué.

Trois modèles

L’accord s’accompagne d’un transfert de technologies et d’un haut niveau de contenu local de 40 % au lancement, afin d'atteindre un objectif de 60 à 70 % sous deux ans. Le groupe compte notamment produire les moteurs des véhicules en Iran. Trois modèles Citroën adaptés au marché iranien, seront lancés à partir de la plate-forme une (PF1) du constructeur.

"Le site a une capacité de 180 000 à 200 000 véhicules, et nous avons l’intention de produire 150 000 Citroën à l’horizon 2021", détaille Jean-Christophe Quémard. Un réseau dédié exclusivement à la marque permettra la commercialisation des modèles Citroën dans le pays. Le groupe avait déjà annoncé il y a quelques mois l'arrivée de la marque DS avec l'ouverture d'un réseau commercial dédié, et notamment l'ouverture d'un DS Store à Téhéran.

Mutualisation

En début d’année, PSA avait aussi concrétisé le retour de Peugeot en Iran après quatre ans d’absence suite à la levée des sanctions internationales imposées en raison du développement de son programme nucléaire. Peugeot revient via un dispositif similaire de joint-venture avec Iran Khodro, et la promesse d’injecter 400 millions d’euros dans le développement de la marque sur les cinq années à venir. Le partenariat vise à produire des Peugeot 208, 2008 et 301 dès 2017, pour monter à un niveau de 200 000 véhicules par an.

"Nous vison bien sûr à mutualiser au maximum avec une plateforme commune (à Citroën et Peugeot, NDLR) et un sourcing commun afin de bénéficier des effets d’échelles. Les deux sites (Saipa et Iran Khodro, NDLR) sont éloignés et la logistique va jouer un rôle important", souligne le directeur de la zone, qui anticipe un marché iranien à 1,6 millions de véhicules à l’horizon 2021 (il a été de 1 million l’an dernier, dont seulement 70 000 à 80 000 véhicules importés), tout en reconnaissant que les prévisions sur ce marché sont difficiles.

Patrick Déniel

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte