Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Citroën et Fiat se lancent sur les traces du Scénic

, , , ,

Publié le

Sous l'impulsion de Renault , le monospace a très vite trouvé sa place sur le marché européen. Avec l'arrivée de nouveaux constructeurs, ce concept d'architecture commence à se banaliser.  

Les entreprises citées

Deux ans déjà ! C'était en 1996, au Mondial de l'automobile de Paris. Renault présentait son Scénic, le petit monospace de la famille Mégane. Un peu inquiet de connaître l'impact de ce concept sur la clientèle. Aujourd'hui, le Scénic fait figure de voiture la plus rentable de la marque, et le constructeur a dû redimensionner son outil industriel pour être à la hauteur du succès commercial. En effet, il a fait cavalier seul pendant deux ans, avant que ses principaux concurrents soient capables de produire leurs propres petits monospaces. Aujourd'hui, la relève arrive. La filiale allemande de General Motors, Opel, lancera son Zafira au cours de 1999, Fiat mettra en vente son étrange Multipla à la fin de cette année et Citroën lève le voile de sa Xsara Picasso, dont la commercialisation ne commencera pas avant la fin de l'année prochaine. Sans parler de Ford, qui devrait dévoiler une version monospace de sa famille Focus dans un an. Mais Renault a eu le temps d'engranger les bénéfices. Pour les concurrents, la pilule est d'autant plus amère que le mouvement avait été amorcé très tôt. En 1994, en effet, Citroën présente son " concept car " monospace, Xanae. " Le succès auprès du public a alors parfaitement confirmé notre intuition sur les évolutions des attentes du marché : davantage d'espace, de fonctionnalité et d'habitabilité dans le véhicule ", expose Vincent Besson, le directeur du marketing de Citroën. Pourtant, la marque aux chevrons hésite à aller plus loin. Et décide finalement de reporter le projet à plus tard. Pourquoi ? " Cela a été un arbitrage de la direction générale. On a simplement eu une analyse du risque différente de celle de Renault ", lâche Vincent Besson.


Elargir les cibles marketing

Comment, dès lors, rattraper son retard ? Les nouveaux venus ont tenté d'élargir leurs cibles marketing. Citroën a soigné l'esthétisme de la ligne pour séduire " les couples sans enfant, attachés à la dimension statutaire de la voiture ". Fiat mise, lui, sur un design extravagant, sans le moindre compromis, tandis qu'Opel préfère positionner son véhicule entre l'Espace et le Scénic, pour toucher des familles nombreuses. La leçon du Scénic vient rappeler, en tout cas, que les grandes innovations tiennent souvent à peu de chose. C'est Philippe Guédon, le président de Matra Automobile, qui avait fait prendre à Renault, au début des années 80, le virage du monospace. De retour d'une visite du centre de recherche de Chrysler aux Etats-Unis, il avait demandé à ses ingénieurs de réfléchir à une adaptation du concept de " van " américain pour l'Europe. " Mon fils était à l'époque un passionné de pêche à la ligne. Or je ne disposais pas de voiture pour y faire entrer ses cannes ", se rappelle Philippe Guédon. Il propose son projet à PSA, qui le refuse, puis à Renault, qui saute sur l'occasion. Le programme P23 de Matra devient l'Espace.

Passer du rêve à la réalité industrielle

Puis, sous la direction d'Yves Dubreuil, la marque au losange adapte cette nouvelle architecture de plancher plat à la Twingo. " Très vite, on a vu qu'il y avait une place pour un monospace du segment M1 entre la Twingo et l'Espace ", affirme Benoît Brochard, à l'époque adjoint au chef de projet du programme Mégane. Pour valider les choix du Scénic, la direction du produit de Renault demande, pour la première fois, à un groupe d'enfants de lui dessiner l'automobile idéale. Sur le papier, la voiture rêvée ressemble à une grosse bulle sans moteur, avec " des toilettes pour faire pipi ", des sièges qui se lavent, des grandes fenêtres, des rangements pour les Lego et des portes intérieures pour être isolés des parents quand on le souhaite. " A l'exception des toilettes, l'architecture du Scénic répondait parfaitement à cette attente ", se félicite Benoît Brochard. Encore fallait-il passer du rêve à la réalité industrielle. Renault met alors à profit sa stratégie de plate-forme commune pour limiter les risques financiers. En développant son futur monospace sur la base de sa nouvelle Focus, l'américain Ford marchera dans le même sens que le français. En revanche, déjà convaincus du succès commercial du concept, Citroën, Fiat et Opel ont préféré partir d'une base plus spécifique. Priorité à la différenciation !

Fiat espère vendre 50 000 Multipla par an

Conçue par une équipe projet totalement indépendante, la Xsara Picasso dispose ainsi d'une planche de bord et d'une base roulante qui lui sont propres. " Mais environ 40 % des pièces mécaniques sont communes avec le reste des Xsara ", tempère Vincent Besson. Même philosophie pour Fiat, qui, compte tenu des dimensions originales de la voiture, a conçu une nouvelle plate-forme. " C'est le design de la voiture qui nous a permis de réduire le montant des capitaux investis et autorise la réalisation d'un montage très flexible ", avait déclaré Roberto Testore, le président de Fiat lors de la présentation du véhicule au dernier Salon de Turin.

Fort de ces lancements, le monospace est-il appelé à se généraliser à l'intérieur des gammes des constructeurs généralistes ? " On prévoit de réaliser entre 40 et 50 % de nos ventes dans le segment M1 avec la Xsara Picasso ", assure Vincent Besson. Fiat se montre plus modeste et mise sur un volume de vente proche de 50 000 véhicules par an. Avec son projet de 4 x 4 sur la base du Scénic, Renault souhaite, de son côté, aller plus loin et confirmer l'ancrage du véhicule dans " l'univers du loisir et du récréatif ". " Nous réfléchissons nous aussi à d'autres développements. Le 4 x 4 est l'une des voies possibles ", annonce Vincent Besson. Car, pour Citroën, le monospace a bien vocation à faire des petits.


Les étapes :

1981 Renault lance l'Espace, conçu par Matra-Automobile.

1996 Commercialisation du Scénic sur la base Mégane.

1998-1999 Après Opel, c'est Citroën et Fiat qui suivent.
 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle