Technos et Innovations

Cinq propositions en plus pour le logiciel français

Aurélie Barbaux ,

Publié le

En plus des 10 propositions aux candidats présentées mi janvier 2012 par le Syntec numérique, le collège éditeurs a tenu a en ajouter cinq, propres à son activité.

Cinq propositions en plus pour le logiciel français © Yves Tennenin - C.C

"Le logiciel est partout, mais on le voit de moins en moins", a rappelé Bruno Vanryb, président du collège des éditeurs du Syntec numérique et de l'éditeur Avanquest software. Une discrétion qui pénalise une industrie du logiciel, qui pèse près de 10 milliards de chiffre d'affaires en France (7,7 pour les 300 premiers). Mais, le logiciel est une industrie à part, même à l'intérieur de la grande famile du numérique. Les éditeurs, membres du Syntec, ont donc voulu présenter leur propres propositions aux candidats. Il y en a cinq, qui correspondent à cinq principaux freins au développement de la filière.

D'abord, pour aider les entreprises à grandir (83% réalisent moins de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires ), ils proposent la création d'un statut de société créatrice de logiciel , qui étendrait les avantages du statut jeune entreprise innovante (JEI), à des métiers du développement logiciel et à des entreprises plus mûres (moins de 20 ans, moins de 500 salariés) et qui réinvestit plus de 50% de leur bénéfice en R&D.

Formations packagées

Ensuite, il est certain que les éditeurs français ne brillent pas par leur performance marketing. Pour inverser cette tendance, Syntec propose de construire des formations packagées destinées aux universités. Les 20 heures de cours seraient dispensées gratuitement par des entrepreneurs, mieux rompus aux bonnes méthodes de promotion logicielle.

Face au maquis des aides, la troisième proposition porte sur la création d'un guichet unique, mais électronique, interactif, avec des experts accessible au téléphone. Pour palier la pénurie de compétences, sur des métiers qui se réinventent tous les 6 mois, les éditeurs voudraient une gouvernance commune avec l'Education nationale, pour faire évoluer les cursus en fonction des besoins.

Enfin, face à la fragmentation du secteurs, les membres du Syntec proposent encore de constituer des éco-systèmes centralisés sur trois ou quatre régions en France (le plateau de Saclay par exemple), à proximité des grands clients, les forces vives de la profession, pour multiplier les échanges.

Les pôles de compétitivité ne leur suffisent apparemment pas !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte