Economie

Cinq enseignements de l'étude BCG ANDRH sur le télétravail

Christophe Bys ,

Publié le

Etude L'association nationale des DRH et le Boston Consulting Group ont mené une étude sur les nouveaux modes de travail suite à la crise de la Covid 19. Le télétravail devrait s'installer durablement dans le paysage.

Cinq enseignements de l'étude BCG ANDRH sur le télétravail
Qu'en pense la DRH ? Une étude révèle leur vision du télétravail après la pandémie.

Sommaire du dossier

On compte presque autant d'études sur le télétravail depuis la fin de la pandémie de la Covid 19, qu'on comptait de prétextes pour ne pas le généraliser dans les entreprises françaises. A tel point qu'il y avait une sorte d'exception dans l'Hexagone. L'intérêt de celle que viennent de réaliser et de publier conjointement le BCG et l'ANDRH tient notamment aux commanditaires (1). Notamment l'association nationale des DRH, car ces derniers étaient jusqu'à maintenant relativement discrets sur le sujet. 

1- Le télétravail c'est bien 

C'est un raz-de-marée favorable au télétravail qui se révèle. 85 % des DRH interrogés indiquent que le développement du télétravail est souhaitable et 82 % estiment désormais davantage de postes "éligibles" maintenant. La preuve par l'exemple a fait son office. Même si selon les fonctions les taux de télétravail ne sont évidemment pas les mêmes, l'étude révèle une progression de la proportion de télétravailleurs pendant le confinement. Ce sont les professionnels des fonctions support et des directions qui ont été les plus nombreux à avoir recours au télétravail pendant la crise (plus de 80%).  

2 - Le télétravail mais pas tout le temps

Pour importante qu'a été l'expérience du confinement, les DRH ne comptent évidemment la poursuivre telle quelle. Le futur du télétravail sera hybride, mêlant période de télétravail et période sur le site de l'entreprise. Surtout, le télétravail ne concernera pas tout le monde. 38 % des DRH ayant répondu estiment que le télétravail concernera moins de 25 % du personnel. A l'inverse, 9% prévoient que cela concernera plus de 75 % des salariés de l'entreprise.

Globalement, une grande majorité des DRH estiment que les salariés auront entre 1 et 3 jours de télétravail. A l'inverse, la mise en place du télétravail total reste très très minoritaire (1% des entreprises) à l'exception de ceux qui pensent le généraliser pour plus de 75% des salariés où 16 % des DRH envisagent un télétravail de 4 ou 5 jours.

3 - Le télétravail c'est bon pour l'entreprise  

Quand on demande aux DRH quels bénéfices on peut attendre du télétravail, les DRH ne font pas preuve d'une grande créativité. Ainsi, 93 % estiment qu'un bénéfice important du télétravail est  "une meilleure réponse aux attentes des collaborateurs et une attractivité plus grande". 64 % en attendent une meilleure productivité, et 61 % une réduction de l'empreinte carbone de l'entreprise. 

4- Mais de vrais risques qui exigent davantage de vigilance

Symétriquement, les trois risques principaux identifiés sont dans l'ordre décroissant : le recul du nombre d'interactions sociales et du sentiment d'appartenance à l'entreprise (important pour 88%), ex-aequo avec le risque d'une moins grande cohésion entre les télétravailleurs et le reste de l'entreprise. En troisième position figure l'augmentation des risques psycho-sociaux, un risque jugé important par deux tiers des DRH ayant répondu.

A l'inverse, ils ne sont pas inquiets sur l'impact sur le turn-over que pourrait avoir le télétravail, estimé important par seulement 21 % des DRH.  

5- Le télétravail, un vrai changement

Si l'épisode du confinement a vu une sorte de génération et d'organisation spontanées de travail depuis le domicile, la poursuite ne se fera pas aussi simplement. Les DRH anticipent à 93 % que le passage en télétravail modifiera les pratiques managériales dans l'entreprise. Pour 88%, il faudra changer les politiques RH, 80 % l'organisation du travail au sein de l'entreprise et 78 % l'aménagement des espaces de travail. 

67 % des DRH pensent qu'il va falloir accompagner les collaborateurs et les managers dans cette grande transformation des manières de travailler. Pour 61 %, les DRH pensent qu'il faudra adapter les outils des salariés. Pour 44%, il faudra aussi que l'évolution du rôle du manager évolue. 

L'expérience du confinement n'est donc perçue que comme une première étape. La généralisation et le développement du télétravail devraient être un véritable changement en profondeur des modes de travail dans l'entreprise. 

 ----------------------------------------------

(1) Enquête menée en partenariat par l'Andrh et le BCG du 2 au 17 juin auprès de 458 DRH français 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte