Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Cinq ans après Fukushima, l’accident est toujours en cours

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Le Japon se recueille pour le cinquième anniversaire du tsunami du 11 mars 2011 et de l’accident nucléaire qu’il provoqua. Sur le site de Fukushima, les travaux continuent car les trois réacteurs endommagés sont à peine sous contrôle.

Cinq ans après Fukushima, l’accident est toujours en cours © Recoquillé-Bression / IRSN

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre et un tsunami frappent le Japon. L’inondation dans la centrale de Fukushima entraîne la perte coup sur coup de l’alimentation électrique et de l’alimentation en eau. Les cœurs se réchauffent, finissent par fondre en dégageant de massives quantités d’hydrogène. Le gaz explose, éventrant trois des six réacteurs du site.

Depuis cette date, l’opérateur Tepco travaille à stabiliser la situation du site en vue de son démantèlement. "Cinq ans après l’accident, les efforts se poursuivent pour maîtriser les installations dans un contexte toujours difficile lié à une connaissance encore limitée de l'état des réacteurs et des bâtiments endommagés", juge l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dans une note d’information compilant l’état des connaissances.

Il ajoute : "La pollution des eaux souterraines due aux dégradations des barrières de confinement entraîne toujours des rejets radioactifs diffus dans l’environnement".

Des combustibles toujours en refroidissement

"Les réacteurs 1, 2 et 3 sont maintenus à une température comprise entre 20°C et 50°C par une injection d’environ 5 mètres cubes par heure d’eau douce par réacteur", assure l’IRSN, qui précise qu'une injection d'azote est maintenue dans les enceintes de confinement pour éviter tout nouveau risque d’explosion.

Les piscines, quant à elle, sont refroidies par un circuit fermé d’eau afin de rester en-dessous de 30 °C. La vidange des combustibles usés qu’elles contiennent auraient dû commencer dès 2015, mais Tepco a dû reporter ces opérations. "Le retrait des combustibles présents dans les piscines (est prévu) à partir de 2017 pour la piscine du réacteur n°3, à partir de 2020 pour celles des réacteurs n°1 et n°2", rapporte l’IRSN.

Quant au retrait des combustibles dégradés dans les réacteurs, il n’est prévu qu’entre 2020 et 2025. La note précise que ces échéances sont à considérer comme indicatives car de nombreux travaux de caractérisation de l’état des installations sont encore à faire.

Des volumes d’eaux contaminées qui s’accumulent

Depuis cinq ans, le travail sur la gestion des eaux contaminées – l’eau utilisée pour le refroidissement des cœurs et celle issue du ruissellement naturel – est le premier combat. "Les volumes d'eau accumulés dans les réservoirs d’entreposage et les sous-sols des bâtiments atteignent au début 2016 près de 900 000 mètres cubes", rapporte l’IRSN, soit l’équivalent de 300 piscines olympiques.

Une partie de cette eau a été traitée pour en extraire le césium et le strontium. Même s’il reste des traces de radioactivité,  essentiellement du tritium, Tepco attend une autorisation de rejet de ces eaux. Selon l’IRSN, Tepco disposerait aujourd’hui d’une capacité de stockage de 1 million de mètres cubes.

En plus de ces eaux stockées dans environ 3 000 conteneurs, Tepco doit aussi gérer environ 70 000 mètres cubes d’eau très fortement irradiées dans les sous-sols des bâtiments accidentés. "De plus, ils subissent des entrées d’eaux importantes (environ 200 m3/jour) en provenance de la nappe", ajoute l’IRSN.

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/03/2016 - 11h41 -

Effrayant de constater que pour ne pas perdre son confort, après cette catastrophe, la société n'a toujours pas compris que l'exploitation de l'atome nous amène insidieusement vers la fin de l'humanité ?
Car qui dit rejets dit contamination de la chaîne alimentaire,donc élimination des œufs,des bactéries qui transforment la matière,du phytoplancton, zooplancton qui fabriquent l'oxygène de notre respiration.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle