Ciena en pourparlers avec Nortel Networks

Le dépeçage de Nortel touche à sa fin. Cette fois, l'équipementier canadien - en faillite depuis le début de l'année - est en discussion avec Ciena pour lui vendre ses activités dans les réseaux optiques et Ethernet.

Partager

Après la vente de ses activités dans les réseaux mobiles à Ericsson en juillet (pour 1,13 milliard de dollars) et celle de sa branche entreprises à Avaya le mois dernier (pour 915 millions de dollars), Nortel a annoncé hier qu'il est en « discussions avancées » avec l'américain Ciena Corporation pour lui céder une bonne partie de ses activités dans les technologies Ethernet de transmission optique.

Le processus n'en est qu'à ses débuts. Car, même si les deux parties parviennent à s'entendre sur un prix, la vente devra encore être soumise à un processus de mise aux enchères afin de vérifier qu'il n'y a pas de meilleure proposition.

Optique

S'il parvient à racheter les activités de Nortel Networks dans les transmissions optiques, Ciena (902 millions de dollars de chiffre d'affaires et 2 200 salariés en 2008) devrait consolider son offre dans les infrastructures et les logiciels de transmission optique, en mettant la main notamment sur des plates-formes multiservices destinées aux opérateurs et des commutateurs et multiplexeurs.

Le constructeur - qui a réalisé 65,5% de ses ventes aux Etats-Unis l'an dernier, principalement dans les grandes entreprises et chez les opérateurs - devrait aussi considérablement renforcer sa présence à l'international. En 2008, la division MEN (« Metro Ethernet Networks ») de Nortel a généré 1,4 milliards de dollars de revenus dans le monde, dont 79% dans les systèmes de transmission optique et 21% dans les solutions de sécurité et de transmission de données.

Le site de de Châteaufort attend toujours un repreneur

Le sort de la division MEN de Nortel ne change rien à celui des 228 salariés de Nortel à Châteaufort (dans les Yvelines), qui est suspendu à la vente des activités de Nortel dans les réseaux GSM et ferroviaires (GSM-R ou « GSM-Railway »).

« Le 1er novembre, le tribunal de Versailles a accepté de suspendre pour une période de deux mois – renouvelable - la procédure de liquidation de la filiale française, et ce afin de laisser à Nortel le temps de trouver un repreneur », nous explique Elie Bensaci, délégué syndical CFTC. Pour les activités liées aux technologies GSM/GSM-R, des enchères vont être ouvertes d'ici le 9 novembre. Les éventuels repreneurs se prononceront alors sur la reprise ou non des effectifs hexagonaux (228 collaborateurs, dont 130 pour la « business unit » GSM / GSM-R). Une chose est sûre pour l'instant, « les administrateurs – Ernst & Young - souhaitent tout vendre avant la fin de l'année », conclut-il.

Christophe Dutheil

A lire aussi :

Avaya remporte l'activité entreprises de Nortel
Nortel abandonne l'optique et prépare une nouvelle restructuration

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS