Chrysler accepte finalement de rappeler 2,7 millions de Jeep

Le constructeur automobile américain Chrysler, filiale de l'italien Fiat, a finalement renoncé à contester la demande de rappel de 2,7 millions de Jeep qui lui avait fait parvenir l'agence de sécurité routière américaine. Dans son communqiué, le groupe se toutefois de décrire l'opération comme un rappel, et se contente de parler de "campagne volontaire", estimant que ses véhicules ne sont en aucun cas défectueux.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Chrysler accepte finalement de rappeler 2,7 millions de Jeep
Un modèle de Jeep Liberty de Chrysler

Le constructeur automobile américain Chrysler, filiale de l'italien Fiat, a mis fin mardi 18 juin à son bras de fer avec l'agence de sécurité routière (NHTSA) aux Etats-Unis, qui lui demandait de rappeler 2,7 millions de 4X4 Jeep à cause de risques d'incendie.

Chrysler et la NHTSA "ont résolu leur différend" et le constructeur "va mener une campagne volontaire pour les véhicules en question" qui permettra une "inspection visuelle" et, le cas échéant, des modifications de la structure arrière, a indiqué Chrysler dans un communiqué.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour rappel, la NHTSA lui avait demandé au début du mois de juin de rappeler des Jeep Grand Cherokee modèles 1993 à 2004 ainsi que des Jeep Liberty modèles 2002 à 2007, soit un total d'environ 2,7 millions de véhicules. Chrysler avait alors répondu qu'il n'était "pas d'accord avec les conclusions de la NHTSA" et n'avait"pas l'intention de rappeler les véhicules concernés".

Une "campagne volontaire", pas un rappel

"Ces véhicules ne sont pas défectueux et sont parmi les plus sûrs de leur catégorie", a réaffirmé mardi le constructeur. "Toutefois, Chrysler reconnaît que la question a créé des inquiétudes chez ses clients et veut prendre des mesures, en coordination avec la NHTSA (...) pour améliorer la sécurité de ses véhicules", poursuit-il dans un communiqué.

Le groupe se garde bien de décrire l'opération comme un rappel, et se contente de parler de "campagne volontaire". De son côté, la NHTSA n'adopte pas ces précautions de langage. Dans un communiqué séparé, elle se dit "satisfaite que Chrysler ait accepté de prendre des mesures pour protéger ses clients" et dit vouloir "continuer à enquêter sur cette affaire, en attendant l'examen (...) des documents fournis par Chrysler durant son action de rappel".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS