Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Chrysler accepte finalement de rappeler 2,7 millions de Jeep

, , ,

Publié le

Le constructeur automobile américain Chrysler, filiale de l'italien Fiat, a finalement renoncé à contester la demande de rappel de 2,7 millions de Jeep qui lui avait fait parvenir l'agence de sécurité routière américaine. Dans son communqiué, le groupe se toutefois de décrire l'opération comme un rappel, et se contente de parler de "campagne volontaire", estimant que ses véhicules ne sont en aucun cas défectueux.

Chrysler accepte finalement de rappeler 2,7 millions de Jeep
Un modèle de Jeep Liberty de Chrysler
© Chrysler

Le constructeur automobile américain Chrysler, filiale de l'italien Fiat, a mis fin mardi 18 juin à son bras de fer avec l'agence de sécurité routière (NHTSA) aux Etats-Unis, qui lui demandait de rappeler 2,7 millions de 4X4 Jeep à cause de risques d'incendie.

Chrysler et la NHTSA "ont résolu leur différend" et le constructeur "va mener une campagne volontaire pour les véhicules en question" qui permettra une "inspection visuelle" et, le cas échéant, des modifications de la structure arrière, a indiqué Chrysler dans un communiqué.

Pour rappel, la NHTSA lui avait demandé au début du mois de juin de rappeler des Jeep Grand Cherokee modèles 1993 à 2004 ainsi que des Jeep Liberty modèles 2002 à 2007, soit un total d'environ 2,7 millions de véhicules. Chrysler avait alors répondu qu'il n'était "pas d'accord avec les conclusions de la NHTSA" et n'avait"pas l'intention de rappeler les véhicules concernés".

Une "campagne volontaire", pas un rappel

"Ces véhicules ne sont pas défectueux et sont parmi les plus sûrs de leur catégorie", a réaffirmé mardi le constructeur. "Toutefois, Chrysler reconnaît que la question a créé des inquiétudes chez ses clients et veut prendre des mesures, en coordination avec la NHTSA (...) pour améliorer la sécurité de ses véhicules", poursuit-il dans un communiqué.

Le groupe se garde bien de décrire l'opération comme un rappel, et se contente de parler de "campagne volontaire". De son côté, la NHTSA n'adopte pas ces précautions de langage. Dans un communiqué séparé, elle se dit "satisfaite que Chrysler ait accepté de prendre des mesures pour protéger ses clients" et dit vouloir "continuer à enquêter sur cette affaire, en attendant l'examen (...) des documents fournis par Chrysler durant son action de rappel".

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle