[Chronique RH] Quand signer un CDI devient synonyme de prise de risque ou l'inexorable montée du travail indépendant

Partager
[Chronique RH] Quand signer un CDI devient synonyme de prise de risque ou l'inexorable montée du travail indépendant
Signer un CDI ? non merci, plutôt un contrat commercial.

Pas une semaine sans recevoir l'annonce de la création ou d'une levée de fond record pour une start-up spécialisée dans la mise à disposition d'indépendants à destination des entreprises. L'avenir est au freelance, telle est la petite musique de fond que l'on entend dans les cercles les plus avancés du futur des RH (1). Deux exemples : le dirigeant d'une société de travail à temps partagé nous indiquait avoir reçu autant d'appels entrants sur le premier semestre de 2017 qu'au cours des cinq dernières années.

Un chasseur de tête de cadres dirigeants de haut niveau du cabinet taste livrait une anecdote encore plus saisissante et à contre-courant de l'image du free lance, qui serait forcément un jeune informaticien, cochant toutes les cases de la génération Y. Contacté par un fonds d'investissement, sa mission (car il l'avait acceptée) consistait à recruter un directeur financier pour préparer une introduction en bourse des plus classiques puis de gérer la boutique. Pour l'homme de l'art, rien de plus aisé. La crise de 2008 était passé par là et le secteur financier n'a pas toujours été tendre avec ses cadres. Quand le chasseur de tête raconte l'histoire, on sent qu'il anticipait déjà le montant des honoraires qu'il allait toucher, comme Perrette pensait veaux vaches et cochons avec son pot au lait. L'issue fut la même que dans la fable.

UN client plutôt qu'un employeur

Pourtant, comme il l'anticipait, notre homme ne manque pas de bons profils, il chasse, trie, sélectionne, s'entretient, shortliste, fait des allers-retours avec son client... jusqu'à trouver la perle rare, qui, au moment de signer, cale. Stupéfaction chez les chasseurs, mais comment un quinquagénaire passé par le chômage pouvait-il refuser un poste en or, bien payé et avec les stocks qui font rêver ? Réunions, entretiens, discussions, le client, pour faire venir le bon candidat, est prêt à proposer une hausse substantielle du salaire. C'est l'homme de la situation. Même refus entêté. Le motif ? L'impétrant récalcitrant préférait rester indépendant. Âgé de 53 ans, il avait été licencié quelques années plus tôt et était devenu directeur financier à temps partagé. Tout plaquer pour rejoindre une entreprise ne l'intéressait car, a-t-il expliqué, "ce sera plus facile pour moi de trouver un client supplémentaire que d'en trouver 4 si je signe un CDI et que je me retrouve sur le carreau dans 3 ans".

Cela appelle plusieurs commentaires : la soif d'indépendance semble infinie, une fois qu'on y a goûté, et ce à tout âge. En gérant leurs effectifs à coups de soufflets, les entreprises ont envoyé un signal aux salariés actuels et futurs : signer un CDI ne garantit plus rien. Ce n'est bien sûr pas définitif, et, demain ou dans cinq ans, les anticipations des salariés pourront changer si les entreprises modifient durablement et collectivement leur comportement. Enfin, et c'est peut être le plus important, pour certaines personnes : signer un CDI en 2018 est devenue pour certaines personnes un risque, quand le travail indépendant leur semble gage de davantage de sécurité. Pour expliquer le développement des VTC, David Menascé avait expliqué qu'il était plus facile pour certaines personnes de trouver des clients qu'un emploi. Il semblerait que le phénomène soit beaucoup plus général et profond. Il serait temps que les débats politiques s'en rendent compte.

(1) à titre d'exemple, une conférence est organisée le 8 févrirer par Tomorrow works sur le thème du rôle du freelance chief officer.

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

28 - LE COUDRAY

Mise en conformité de 2 salles de césarienne au bâtiment Pôle Femme Enfant du Centre Hospitalier de Chartres.

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS