Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Chronique ] "les Brillants", la saga qui décrit les Etats-Unis en pleine guerre civile

Christophe Bys

Publié le

Et si vous vous lanciez dans la lecture d’une des plus excitantes sagas parues ces dernières années ? Soit les trois tomes des Brillants de l’américain de Marcus Sekey parus dans  la série noire (Gallimard) et traduits avec classe par Sébastien Raizer. Trois volumes où cohabitent brillamment, c'est le cas de le dire, actions haletantes et réflexions sur le monde qui vient. 

[Chronique ] les Brillants, la saga qui décrit les Etats-Unis en pleine guerre civile © Gallimard

Résumons ou plutôt tentons de résumer : dans un monde proche du notre, une faible proportion de l’Humanité se retrouve dotée de super pouvoirs qu’il s’agisse de capacité d’analyse, d’intelligence des situations ou de célérité.. On les appelle les Brillants, et s'ils ne représentent qu'1 % de la population, ils posent au gouvernement des Etats-Unis de gros problèmes. Bienvenue dans la saga de Marcus Sakey parue à la Série Noire chez Gallimard. 

Un roman d'action des meilleurs

L’enquêteur Nick Cooper infiltre le monde des brillants pour savoir qui a organisé un attentat à Wall Street. Comme les meilleurs héros de films ou de livres, il n’est pas d’un bloc. S’il est lui-même brillant et père de brillant, il a conscience des responsabilités qu’impose sa condition. Mieux, il s’interroge en permanence pour tenter de répondre à cette question : peut-on faire transitoirement quelque chose de mal pour accéder à une situation meilleure ? Ce qu’il va découvrir au cours de son enquête dans le premier tome l’amènera à revoir ses conceptions. Amateur de film d’action ou de polar ne vous inquiétez pas pourtant : la trilogie est très rythmée avec des scènes d’action dignes des meilleurs blockbusters, l’auteur réussissant à mêler plutôt brillamment science-fiction et intrigue de polar digne des maîtres nordiques du genre. L’auteur parsème par ailleurs son récit de fausses publicités, d’extraits de discours et autres éléments qui témoigneraient de la réalité de son intrigue.

Dans un monde meilleur, le deuxième tome de la série, le héros est devenu conseiller du président des USA, un intellectuel pas assez rapide à agir aux yeux des faucons de son entourage, à commencer par le secrétaire d’Etat à la Défense (toutes ressemblances avec un président ayant existé…). Les Brillants  les plus belliqueux ont pris le contrôle de trois villes des Etats-Unis,  sous la menace d’une guerre civile. Nick Cooper doit alors réussir à rejoindre Erik Epstein, le fondateur d’une sorte de cité idéale pour Brillants et plutôt pacifiste pour éviter que le pire ne se produise. Ce deuxième tome l’amène à rencontre un méchant particulièrement effrayant.

Une réflexion politique

Le troisième tome, En lettres de feu, dénoue l’opposition entre brillants et normaux et voit Cooper évoluer dans des Etats-Unis où la maison Blanche a été détruite par une attaque. Dans ce dernier tome, les scènes d’action sont plus nombreuses, mêlant bataille high tech avec une grande panne de tous les ordinateurs et levée de milices d’auto-défense bien décidées à faire la peau des Brillants une fois pour toute. Parallèlement, le héros part à la recherche d’un scientifique qui aurait trouvé les raisons de l’apparition des Brillants et qui serait donc en mesure de faire accéder tout le monde à cette condition. De quoi mettre fin à l’opposition et à la guerre civile, mais tout le monde n’est pas d’accord, chez les normaux, mais aussi chez les brillants ;

La saga est en mouvement permanent, Sakey ose tout, même à faire revenir un personnage des morts, et ça marche, on se laisse prendre. Mais il ne se contente pas d’écrire un roman d’actions des plus efficaces. Comment faire exister une élite minoritaire mais superpuissante avec Monsieur et Madame tout le monde ? La peur peut-elle inspirer une politique ? Quel sort peut-on et doit-on réserver à une minorité : la laisser vivre parmi les autres au risque qu’elle prenne le pouvoir  ou prendre en charge les enfants dès la naissance pour les « casser » de sorte qu’ils ne puissent jamais exercer leur superpouvoir.

A la fin, c'est l'Amérique qui gagne. Ou pas

C’est le type d’interrogations finalement très politiques posé par cette saga en trois tomes, qui joue aussi subtilement avec nos conceptions du bien et du mal. Il ne se contente pas d’une simple opposition entre brillants et normaux. Au sein de chaque groupe il fait exister deux lignes : l’une plutôt pacifique adepte d’une cohabitation pacifique, l’autre guerrière, persuadée que la paix du groupe n’est possible qu’au prix de la destruction des autres. C’est dire à quel point la série se place au cœur de l’actualité des Etats-Unis. C’est divertissant, c’est américain, donc les bons sentiments finissent par triompher mais entre-temps quelques questions politiques ont été posées. Et même le puritanisme en aura pris un coup, puisque le héros oscille entre son ex-femme et une autre conquête... 

Plutôt pas mal pour une lecture d’été ou de rentrée. A moins qu’il existe encore des lecteurs à Hollywood ou à Los Angeles pour en tirer une série  TV ou une suite de films qui pourraient à leur tour casser la baraque.

---------------------------------------------------------------------------

Les brillants de Marcus Sakey, trois tomes disponibles à la série noire. 

Les deux premiers sont aussi disponibles au format poche chez Folio Policier toutes les références sont en ligne ICI

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus