Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Christophe Sirugue juge que GE respecte ses engagements sur Alstom en matière d’emploi

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Selon le gouvernement, un an après avoir pris le contrôle d’Alstom power, GE est en passe de tenir son engagement de création d’emplois en France. L’américain lance d’ailleurs une campagne de recrutement de 200 personnes à Belfort.

Christophe Sirugue juge que GE respecte ses engagements sur Alstom en matière d’emploi © PS Flickr CC

Début novembre 2015, l’américain GE rachetait pour 9,7 milliards d’euros la branche énergie d’Alstom. Une opération qui avait interrogé sur la perte de souveraineté industrielle de la France et avait soulevé des craintes sur l’emploi. GE s’était alors engagé à la création nette de 1 000 emplois en France d’ici novembre 2018. Le lundi 14 novembre 2016, un an plus tard, Christophe Sirugue, Secrétaire d’Etat chargé à l’industrie a reçu la présidente de général Electric France, Corinne de Bilbao pour faire un point d’étape.

Dans un communiqué, le secrétaire d’Etat "constate les efforts importants faits par General Electric afin de respecter ses engagements". Il met en avant deux exemples. D’une part, il cite la création en juin dernier de la Digital Foundry de GE à Paris. Ce vaste centre de R&D dédié aux technologies numériques a demandé le recrutement de 250 personnes.

3 500 recrutements à réaliser

D’autre part, il se réjouit du lancement à partir du 15 novembre d’une vaste campagne de recrutements de 200 personnes dans le cadre du renforcement de ses infrastructures à Belfort (Territoire de Belfort). Cela s’inscrit en particulier dans le cadre d’un investissement local de 35 millions d’euros afin de localiser sur place la production des turbines à gaz de 60 Hz, en plus des turbines 50 Hz déjà produites sur place.

Au final, l’électrotechnicien américain juge que pour tenir son engagement de créer 1000 emplois nets, il faudra procéder à 3 500 recrutements sur le territoire en prenant en compte les départs volontaires et les départ à la retraite. "Ces embauches sont le résultat de la détermination du Gouvernement dans ce dossier. Elles montrent que la France est un pays ouvert aux investissements étrangers mais que l’Etat a un rôle à jouer dans l’économie, en utilisant tous les leviers à sa disposition pour maintenir et attirer en France les centres de décision, la R&D et la production industrielle, et nouer des partenariats de long terme avec les industriels", juge Christophe Sirugue. 

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus