Christine Lagarde, optimiste pour l'emploi en 2010

La reprise de la croissance devrait être suffisante sinon pour permettre un recul du chômage, du moins pour arrêter les destructions d’emplois en 2010. C’est ce qu’a expliqué Christine Lagarde. Un volontarisme aux ambitions plus politiques qu’économiques ?

Partager

Comment rester positif, quand on n’a pas de bonnes nouvelles à annoncer ? Tel semble être le défi que doit relever la ministre de l’Economie Christine Lagarde. Interrogée sur France 2, elle a confirmé qu’il y aura « encore du chômage en 2010 » en France. En cause, les conséquences sur l’économie réelle de la crise financière de 2008. Dans sa dernière note de conjoncture publiée mi décembre, l’Insee prévoyait un taux de chômage de 9,8 % en France métropolitaine à la mi 2010.

A partir du second semestre cependant, les premières éclaircies devraient arriver : l’économie cessera alors de détruire des emplois, et donc normalement le taux de chômage de progresser, le flux des nouveaux inscrits à Pôle Emploi se réduisant. Pour accélérer ou accompagner le processus, la ministre de l’Economie a indiqué que le gouvernement continuera de lutter en utilisant tous les outils mis en place dès 2009 : chômage partiel, contrats de transition professionnel ou encore conventions de reclassement...

Rassurer l’opinion

Pour sa part, le premier Ministre François Fillon a indiqué fin 2009 qu’une croissance de 2 à 2,5 % était nécessaire pour « reconstruire de l’emploi ». Pour 2010, Christine Lagarde prévoit un taux de croissance au moins égal à 1 %. C’est donc tout l’enjeu pour l’année qui commence. Plus la croissance économique se rapprochera de 2 %, plus l’optimisme affiché par la ministre de l’économie se traduira dans les faits. A l’inverse : si l’économie rechute, la hausse du chômage reprendra.

Dimanche 3 janvier, le quotidien Ouest France publiait son étude sur la confiance des ménages à l’égard du gouvernement. Il en ressortait notamment que seulement 28 % des Français interrogés lui faisaient confiance pour la lutte contre le chômage, soit 4 points de moins qu’en septembre dernier. Ils ne sont qu’un quart pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion (la baisse là est de 6 points).

Autrement dit, l’optimisme de la ministre vise avant tout à peser sur l’opinion.

Et aussi :
Pour les lecteurs à la recherche d’analyses optimistes, cliquez ici.
la lettre de l’OFCE "A la recherche de la croissance perdue".

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS