Christian Noyer pour une "évolution ordonnée" des taux de change

PARIS (Reuters) - Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, s'est prononcé jeudi pour une "évolution ordonnée" des taux de change et des "corrections fondamentales structurelles".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Christian Noyer pour une "évolution ordonnée" des taux de change

Noyer a réfuté en outre le terme de "guerre des monnaies", qu'il a qualifié de "pas tout à fait exact".

"Il y a des tensions qui existent dans le marché. La seule solution à ces difficultés, c'est la coopération, le dialogue, trouver les solutions qui soient les meilleures pour tout le monde", a dit Noyer sur RTL.

"Ce que tout le monde accepte, c'est qu'il doit y avoir une évolution ordonnée des taux de change, tout simplement que l'on discute du rythme, et des corrections fondamentales structurelles", a-t-il ajouté.

"Il faut que les consommateurs chinois consomment plus, que leur taux d'épargne baisse pour qu'ils puissent consommer des biens qui viennent des pays avancés ou qu'ils fabriquent eux-mêmes, et il faut que le taux d'épargne aux Etats-Unis remonte", a-t-il dit.

L'Europe, a-t-il ajouté, est pénalisée par les régimes de change différents les uns des autres en vigueur dans les pays émergents.

Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a appelé mardi les principales économies mondiales à éviter une course aux dévaluations, qui pénaliserait selon lui un système financier international encore fragilisé.

Interrogé sur une éventuelle réponse de la BCE à de possibles assouplissements de la politique monétaire d'autres grandes banques centrales, Jean-Claude Trichet avait répondu qu'il évaluerait l'impact de ces mesures sur l'économie européenne avant de prendre une décision.

De nombreux responsables craignent de voir la faiblesse du dollar et la vigueur de plusieurs autres grandes monnaies conduire certains pays à s'engager dans une vague de dévaluations pour favoriser leurs exportations, ce que certains appellent déjà une "guerre des monnaies".

Patrick Vignal

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS