Christian Dior, une exposition pour rendre hommage au style fait Homme

70 ans après l'ouverture de la maison qui porte son nom, le musée des arts décoratifs de Paris reçoit actuellement une expostion consacrée à "Christian Dior, le couturier du rêve". Soit un parcours dans les créations du génial créateur mais aussi dans celles de ses successeurs. L'intelligence des choix d'exposition et la qualité de la scénographie sont telles qu'il paraît difficile de ne pas en ressortir ébloui. 

Partager
Christian Dior, une exposition pour rendre hommage au style fait Homme

Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui resteront à Paris et dans sa Région cet été ou d'ici à la fin de l'année ou ceux qui viendront y passer quelques jours. Au musée des arts décoratifs, ils pourront aller admirer l'exposition consacré à Christian Dior. Plus discret que Chanel, moins fantasque Saint Laurent, le discret Dior était pour nous jusque-là un inconnu total. Qui sait qu'il fut d'abord galeriste et qu'il exposa des artistes comme, excusez du peu, Dali, Calder Cocteau ou Giacometti ? Ou que le maison de couture qu'il ouvrît après guerre était soutenue par l'industriel légendaire Boussac, qui ne dût pas le regretter, puisque la maison Dior dans les années 50 représenta plus de la moitié des exportations françaises de haute couture... C'est dire qu'une partie l'aura de la France dans le monde après-guerre, lui doit aussi un peu. Il est l'incarnation du goût français, ultra classique et pourtant jamais convenu.

Un keynésien qui s'ignore ?

C'est un des mérites de cette exposition d'offrir une multitude d'entrée pour admirer et comprendre autant le travail que l'Homme Dior, mais aussi ce qui fait la pérennité de cette pépite de la maison LVMH. Dior a des passions qu'on retrouve dans ses vêtements, et si le créateur du new look qui métamorphosa la silhouette féminine à la fin des années 40, c'est qu'il avait fréquenté peintre et artistes. Admirateur du 18e siècle, passionné de botanique ("Après les femmes, les fleurs sont les créations les plus divines" disait-il), Christian Dior est aussi un homme d'affaires qui s'appuie sur la presse féminne ou est un des premiers à créer un parfum qui porte son nom. C'est aussi un keynésien qui s'ignore, puisque le new look qui le fait connaître mondialement a pour effet de relancer les métiers à tisser et tout la filière textile : il fallait 9 mètres de tissu pour un modèle sport et 40 mètres pour une robe de jour.

Même un rustaud comme l'auteur de ses lignes, incapable de distinguer un crêpe de soie d'une moire,ne peut qu'admirer le travail des vêtements exposés, leur architecture, leur structure ou encore le génie de la couleur chez Dior (là encore, on ne peut pas croire que ce talent pour la couleur n'est pas hérité de son passé de galeriste et d'amateur d'art : on ne sait rien si on ne sait pas regarder).

Surtout, la scénographie que l'on doit à l'agence Nathalie Crinière est remarquable, offrant de voir les vêtements sous différents angles, et toujours contextualisés de façon claire (ce qui n'est pas si courant dans les expositions) grâce au travail des commissaires de l'exposition Florence Muller et Oliver Gabet.

Comment interpréter Dior après Dior

On leur doit aussi d'avoir réussi à montrer le lien entre les créations de Christian Dior et celles de ses successeurs : l'encore jeune Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simmons (notre préféré avec son exceptionnelle modernité sobre voir ci-contre) ou l'actuelle Maria Grazia Chiuri (enfin une femme !). Salle après salle, l'exposition joue les correspondances entre les créations à travers le ton, montre comment à différentes époques, les unes et les autres ont interprètré l'essence du créateur disparu depuis longtemps sans renier leur personnalité propre.

Roborative et généreuse, l'exposition offre aussi dans sa seconde partie une vision du travail (peut être trop rapide) des ateliers quand le vêtement n'est encore que patron cousu de fil blanc, elle offre une sorte de défilé à travers le temps le long d'un couloir de plusieurs dizaines de mètres (où vous découvrirez un modèle qappelé Mazette). Elle s'achève dans une salle de bal reconstituée dans ce musée abrité dans une aile du Louvre : là sont exposés les plus beaux modèles, ceux notamment portés par les plus grandes stars du cinéma, français ou hollywoodien, de Sophia Loren à Grace Kelly en passant par Marion Cotillard.

L'exposition est si réussie que vous pourriez avoir envie d'y retourner.. Alors précipitez vous-y pour avoir le temps d'une deuxième visite prochainement !

Christian Dior, couturier du rêve au musée des arts décoratifs de paris du 5 juillet 2016 au 7 janvier 2017 Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18 h nocturene le jeudi jusqu'à 21 h.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS