Chômage, Hollande, 208, une semaine d'industrie

Un bilan pour l'emploi accablant en 2011, des entreprises fragiles suspendues aux décisions de justice, à la mobilisation politique et aux investisseurs, sans oublier une solution pour l'avenir portée par le candidat François Hollande : retour sur les principaux événements qui ont fait l'actualité industrielle ces derniers jours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Chômage, Hollande, 208,  une semaine d'industrie

Le fait marquant
208, c'est certainement le numéro emblématique de cette semaine. Un sacré numéro même, pour reprendre la formule associée à des temps meilleurs pour la maison Peugeot. Avec cette nouvelle citadine, le constructeur automobile fonde des espoirs de reconquête. Lui qui a vu reculer ses ventes mondiales en 2011 de 1,5%, là où Renault a progressé de près de 7%. Son arme, c'est donc cette 208 dont la ligne de production est inaugurée vendredi 27 janvier, à Poissy, dans les Yvelines.

Reste que l'événement est important à plus d'un titre, commercialement et socialement. Ce n'est pas tous les jours qu'un constructeur automobile français met en mouvement une ligne de fabrication, et surtout, cette nouvelle production permet de faire "oublier" quelque peu les réductions de coûts et les coupes dans les effectifs annoncés par PSA Peugeot Citroën en décembre 2011. Sont présents à ce grand baptême industriel, le PDG Philippe Varin bien sûr, mais aussi Eric Besson, le ministre de l'industrie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le premier vantera les mérites du Made in France dans son discours inaugural. Le second approuvera la référence à l'argument de campagne présidentielle, et regrettera aussi de ne pas pouvoir essayer plus longtemps cette nouvelle 208… Sur le plan purement industriel, 550 000 modèles sortiront des chaînes de Poissy, Mulhouse et Trnava en Slovaquie. Du vent frais pour les emplois sauvegardés et les équipementiers.

Lundi 23 janvier
Les semaines se suivent et se ressemblent presque. Ce lundi, comme il y a deux semaines, c'est SeaFrance qui ouvre le ban. Les salariés du CE rejettent le plan social de l'entreprise de transport transmanche. Un plan proposé par la maison-mère, la SNCF, avec le soutien de l'Etat. Les syndicats comptent en fait renégocier au mieux le Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui leur est présenté. Parallèlement, le vote – consultatif – du CE a permis d'ouvrir la procédure de licenciement des 300 salariés qui n'entrent pas dans le programme de reclassement de la SNCF.

Mardi 24 janvier
Petroplus, autre acteur régulier de l'actualité industrielle depuis ce début d'année, s'enfonce inexorablement dans les difficultés financières. Au point que le raffineur réclame - et obtient quelques jours plus tard - son placement sous la loi de la protection des faillites. Il ne peut rembourser ses dettes, d'environ 1,75 milliard de dollars. Encore un mauvais coup pour la raffinerie de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, qui pourrait tomber entre les mains du groupe suisse Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises.

A plusieurs centaines de kilomètres de là, dans le territoire de Belfort, Jean-Luc Mélenchon bat la campagne présidentielle. Le candidat du Front de Gauche se lance dans une contre-attaque industrielle, à l'adresse des patrons bien sûr, mais aussi du Front national qui tente de séduire l'électorat ouvrier. Un road-trip industriel raconté par notre envoyé spécial, Ludovic Dupin.

Mercredi 25 janvier
Alors que L'Usine Nouvelle révèle le plan de la Conférence Nationale de l'Industrie pour réduire le coût du travail, la journée se termine avec un triste bilan pour l'emploi en 2011. Selon les derniers chiffres relevés publiés par le Ministère du Travail, le nombre de chômeurs a augmenté de 152 000 personnes en un an. Soit une hausse de 5,6%. Et le dernier mois de l'année 2011 n'aura pas été le mois de la trêve, avec 29 700 nouveaux inscrits en décembre. Au bout du compte, la France totalise 2,87 millions de chômeurs, pour un taux de chômage de 9.3 %. Et 2012 ne sera pas forcément synonyme d'amélioration…

Pendant ce temps, la polémique tourne à la partie de ping-pong chez Areva. Anne Lauvergeon dément avoir caché la moindre information quant au rachat des gisements du canadien Uramin. Une source anonyme citée par l'AFP prétend le contraire.

Jeudi 26 janvier
Les reproches commençaient à enfler quant à l'absence d'un vrai programme pour la présidentielle. Quatre jours après son premier meeting, au Bourget, le candidat socialiste François Hollande détaille ses "60 engagements pour la France" en général ; pour relancer l'emploi et la croissance en particulier. Parmi les mesures retenues, la modulation de l'impôt sur les sociétés en fonction de la taille des entreprises. Un sujet qui sera matière à discussion le soir même, entre François Hollande et son contradicteur, Alain Juppé, lors de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2.

Après des semaines de rumeurs et d'attente, l'avenir se fait plus précis chez EADS. Le conseil d'administration a statué et validé la nouvelle organisation de l'entreprise de défense et aéronautique. Sans surprise, c'est l'Allemand Tom Enders qui succède à Louis Gallois au poste de PDG. Fabrice Brégier, n°2 d'Airbus devient numéro 1. Un nouveau venu : l'ancien directeur de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet fait son entrée au conseil d'administration d'EADS.

Vendredi 27 janvier
Si chez PSA, on se réjouit ce vendredi du lancement officiel de la production de la 208, d'autres ont des perspectives moins réjouissantes. C'est le cas en particulier de Photowatt dont l'avenir est de plus en plus incertain, même si une note d'optimisme vient clore cette semaine. Selon les deux principaux ministres concernés, Xavier Bertrand, en charge du travail, et Eric Besson, en charge de l'industrie, plusieurs repreneurs seraient intéressés par la société productrice de panneaux solaires. EDF Energies nouvelles en ferait partie. En redressement judiciaire, Photowatt sera fixé sur son sort le 10 févier prochain. Sans doute deux longues semaines d'attente pour les quelque 440 salariés concernés.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS