Chômage : destruction d'emplois record en 2009

Avec 321 500 emplois détruits, 2009 est une année qui bat des records en terme de destruction d’emploi. Le dernier trimestre de cette année montre une légère stabilisation. État des lieux du chômage en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Chômage : destruction d'emplois record en 2009

33 700 pertes nettes d’emploi au quatrième trimestre 2009, annonce le Pôle emploi. Disposant des chiffres du quatrième trimestre, l’Insee a pu établir un bilan du chômage en 2009. De fin décembre 2008 à fin décembre 2009, l’emploi diminue de 1,9% soit 321 500 salariés de moins dans le privé. « Les pertes d’emplois en 2009 sont bien supérieures à la récession du début des années 1990. Ce n’est pas surprenant car le PIB à reculé de 2,2%, du jamais vu depuis l’après-guerre », a indiqué le directeur des statistiques de Pôle emploi Bernard Ernst. Un tel volume de destruction n’a jamais existé depuis que la France réunit des statistiques sur le chômage. Or, l’Insee s’en charge depuis sa création, en 1949.

Les chiffres du quatrième trimestre 2009 semblent cependant marquer un ralentissement de la destruction d’emploi. Selon l’Insee, l’emploi des salariés du secteur marchand est en baisse de 0,1% avec 20 400 postes supprimés contre une contraction de 79 800 emplois au troisième trimestre 2009. La Direction des études statistiques du ministère (Dares) font le même constat : les destructions nettes d’emploi ont atteint 11 500 postes, après 66 000 au troisième trimestre. Les différences de chiffres sont dues à des bases de calcul différentes mais ces statistiques reflètent toutes une tendance très légèrement positive. La ministre de l’Economie et de l’Emploi Christine Lagarde a d’ailleurs été prompte à communiquer sur le sujet. Elle a exprimé sa « satisfaction » envers ce « ralentissement important des destructions d’emplois à la fin de l’année 2009 » et évoque une « stabilisation du marché du travail, qui devrait se prolonger en 2010 ».

Si le fléchissement des destructions d’emploi est encourageant, la situation est plus complexe que ne le laisse paraître le gouvernement. Tout d’abord, la réalité est hétérogène avec des effectifs en hausse dans le tertiaire et en baisse dans l’industrie et la construction. Dans l’industrie, la forte contraction de l’emploi a commencé au deuxième trimestre 2008. Au quatrième trimestre 2009, l’emploi industriel enregistre un nouveau recul des effectifs à un rythme important quoique moins soutenu qu’au troisième trimestre : -1% contre -1,4%. La situation est comparable dans la construction avec une baisse de -0,8% contre -1%. Malgré un léger ralentissement de la fuite des emplois, l’hémorragie n’est toujours pas endiguée dans ces secteurs.

Outre les inégalités que cachent ces chiffres, des organismes européens tels que l’Organisation et coopération de développement économique (OCDE) et le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) sont moins optimistes que la ministre de l'Economie. Dans une note d’information publiée en février, le Cedefop commence par une relativisation de la reprise : « Les effets de la crise économique sur le marché du travail européen sont considérables. Même dans le meilleur des cas, il est probable que la croissance de l’emploi ne reprendra que peu à peu au cours des dix prochaines années. »
L’OCDE, qui publiait hier son rapport d’ « Objectif de croissance 2010 » en même temps que l’Insee, le Pôle emploi et le ministère du travail diffusaient ses chiffres, souligne que le chômage se maintiendra à des niveaux plus élevés qu’avant la crise.

« La récession mondiale a laissé de profondes cicatrices », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. « La seule façon de commencer à panser ces plaies consiste à prendre maintenant des mesures qui permettront à nos économies de retrouver notre potentiel perdu », ajoute-t-il. Et pour ce faire, le rapport préconise des politiques de formations, d’aide à la recherche d’emploi et d’incitations destinées aux chômeurs. Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi, répond que le gouvernement continuera à « mettre en œuvre les dispositifs d’aide à l’emploi pour que la situation du marché du travail se retourne au plus vite ». Une promesse électorale à la veille des régionales, mais surtout un enjeu de taille pour la société et l’économie française.

Morgane Remy

1 Commentaire

Chômage : destruction d'emplois record en 2009

bernard
11/03/2010 17h:19

le chiffre de 322000 a été atteint en 1981 alors qu'il n'y avait pas de crise.
source l'expansion 1994 d'après le minitère du travail.
et derrière grace aux nationalisations cela a continué.
il faudrait éviter d'occulter un passé récent ...

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS