Chimie-pharmacie-cosmétique

Partager


PREMIER PRIX

Robertet
Tabler sur la créativité
Croissance interne, accent sur l'international, la firme grassoise d'arômes, parfums et matières premières naturelles a joué habilement
sa carte dans un univers de géants.


L'entreprise
Siège : Grasse (Alpes-Maritimes)
Actionnariat : famille Maubert (52 %), First Eagle (11 %), famille Givaudan (5 %), HSBC (2 %), BNP-Paribas (2 %), public (28 %)
Marge nette 2001 : 6%
Effectifs 2001 : 1 050 salariés

Ah, les merveilleux « kids », ces parfums pour enfants dans le jargon de la profession ! Tartine et Chocolat, Bonpoint, Le Petit Prince ou Clayeux : toutes ces marques se sont lancées en quelques années dans ces eaux de toilette pour enfants et... pour leur maman. Une aubaine pour Robertet, l'une des plus vieilles maisons de la parfumerie grassoise à qui ils ont confié leur projet.

L'entreprise familiale d'« odeurs et de saveurs » s'est, en cinq ans, hissée dans le « top ten » mondial des arômes alimentaires, de la parfumerie et des matières premières naturelles (où il est leader mondial). Bel exploit pour cette petite société plongée dans un univers dominé par quelques géants, comme les suisses Firmenich et Givaudan, l'allemand H & R (vendu par Bayer au fonds d'investissement EQT), l'américain IFF ou le britannique Quest (ICI).

« En 1995, nous avions promis à nos actionnaires de progresser de 10 % par an sur cinq ans. Nous l'avons fait, essentiellement par croissance interne, en refusant les structures rigides. Elles brident la créativité et le service personnalisé qui sont notre véritable signature, s'exclame Philippe Maubert, 50 ans, président du directoire depuis 1994. Après 2002 et 2003, où nous devrions peu progresser - davantage que nos concurrents et en améliorant notre rentabilité -, nous retrouverons en 2004 ou 2005 une croissance à deux chiffres en termes de chiffre d'affaires et de résultat. » Patron d'une entreprise contrôlée par sa famille depuis plus de 150 ans, Philippe Maubert se félicite que la cotation boursière impose d'être «fiable dans les prévisions ».

De beaux succès chez certains grands de la parfumerie

Toujours par monts et par vaux, ce chimiste, passé par le CCF, s'est formé sur le terrain dans les filiales de Robertet aux Etats-Unis, au Mexique, en Argentine et au Brésil. A Grasse, installé dans l'ancienne usine conçue par Gustave Eiffel, au milieu de ses 485 salariés (dont 20 parfumeurs et 20 aromaticiens), le président s'oblige à gérer en direct deux grands comptes-clients dans les trois métiers de l'entreprise : les matières premières naturelles (16 % des ventes, y compris les produits commercialisés pour Firmenich), la création de parfums (36 %) et les arômes alimentaires (48 %). « Il s'agit de rester vigilant sur les marchés où la créativité explose », explique-t-il. Comme dans la parfumerie, où Robertet a ces derniers temps collectionné de beaux succès chez Gucci, Avon, Estée Lauder, Hermès, Dunhill ou Mont Blanc. Et, dans les arômes alimentaires, où les concepts de boissons énergétiques, sportives et les produits laitiers aromatisés, se renouvellent sans cesse.

Grâce - notamment - à ses filiales dans vingt pays, Robertet réalise hors de France 84 % de ses 203,1 millions d'euros de chif-
fre d'affaires. « Nos acquisitions et nos partenariats, explique Philippe Maubert, se sont limités à des pays où nous étions peu ou pas présents, comme l'Afrique du Sud, l'Inde, la Chine ou l'Iran ; et dans des domaines dont nous étions absents. Aux Etats-Unis, l'achat en 1988 d'une affaire de thé aromatisé, nous a permis de trouver les clés de cet immense marché, où nous comptons aujourd'hui 41 % de nos ventes. » Prochain développement : les arômes salés, un marché vierge pour Robertet. Avec une probable et prochaine acquisition en Europe.

Alain Jemain


LES AUTRES CHAMPIONS


PLUS DE 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Laboratoires Vendôme
Quetigny (Côte-d'Or)
Dermatologie et naturalité
Deux marques fortes, deux positionnements originaux.
La première, le Petit Marseillais (75 % de l'activité) est leader sur l'hygiène lavant, grâce à son image authentique et son offre transversale. La deuxième, Laboratoires Vendôme, est la seule en GMS présente sur le segment de la dermatologie de spécialiste. Deux fois moins cher qu'en pharmacie, mais bénéficiant d'une réelle image «pharmaceutique», elle fait de plus en plus d'adeptes.
Dirigeant : Marcel Elias
Actionnariat : équipe dirigeante (57 %), 3i (43 %)
Marge nette 2001 : 9 %
Effectifs 2001 : 355 salariés


DE 15 A 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Ioltech
La Rochelle (Charente-Maritime)
L'ophtalmologie pour credo
Un seul domaine d'expertise, mais des produits diversifiés, c'est la devise de Ioltech. Spécialisée dans l'ophtalmologie, cette entreprise créée il y a douze ans décline ses innovations sur tous les axes, des implants aux collyres, et réalise 46 % de son chiffre d'affaires 2001 à l'export. Via, entre autres, des partenariats négociés avec Ciba Vision, Pharmacia ou encore Novartis. Ioltech prévoit 20 % de croissance en 2002.
Dirigeant : Philippe Tourrette
Actionnariat : Philippe Tourrette (64 %), public (35,8 %), personnes physiques (0,2 %)
Marge nette 2001 : 14 %
Effectifs 2001 : 257 salariés


Cerep
Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine)
R & D et services dans les biotechnologies
Un pari réussi sur la synergie entre R & D et services pour optimiser des candidats médicaments. Grâce à ses activités de services, la société de biotechnologies Cerep a pu financer le développement d'un portefeuille de molécules thérapeutiques. Les deux produits les plus avancés sont issus d'une collaboration avec Bristol-Myers Squibb (composés anti-inflammatoires) et Sanofi-Synthélabo. D'autres produits proviennent de programmes de R & D internes.
Dirigeant : Thierry Jean
Actionnariat : Institut Pasteur de Lille (8,18 %), Thierry Jean (7,07 %), Fidelity Investment (5,06 %), autres (79,69 %)
Marge nette 2001 : 8,7%
Effectifs 2001 : 271 salariés


Delpharm
Lyon (Rhône)
Leader de la sous-traitance pharmaceutique
Suite au rachat de Delmas Perfusion
en 1988, Delpharm, contrôlé par le laboratoire familial lyonnais Aguettant (spécialités injectables), est aujourd'hui le nouveau leader du marché français de la sous-traitance pharmaceutique. Après l'usine de Syntex à Brétigny-sur-Orge (Essonne), Delpharm vient d'acheter celle de Pharmacia à Evreux (Eure). Son nouveau relais de croissance : les génériques. Le chiffre d'affaires 2002 devrait atteindre 53 millions d'euros.
Dirigeant : Ariel Aguettant
Actionnariat : Aguettant (plus de 95 %)et personnes physiques
Marge nette 2001 : 3,8 %
Effectifs 2001 : 450 salariés


MOINS DE 15 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Parfum d'Image
Paris (75)
Cosmétiques sur-mesure
Grégory Mager a importé un modèle anglo-saxon en France : créer, concevoir, fabriquer et livrer des gammes de produits cosmétiques clés en main, en s'appuyant sur un réseau de 4 000 sous-traitants. Le concept intéresse fortement les chaînes de magasins textiles, les marques de cosmétiques non présentes sur certaines niches et les nouveaux entrants... Seul sur ce marché depuis 1997, la PME bénéficie d'un fort potentiel de développement.
Dirigeants : Grégory Mager et Julien Saada
Actionnariat : Grégory Mager (50 %) et Julien Saada (50 %)
Marge nette 2001 : 7 %
Effectifs 2001 : 19 salariés


IKV Tribologie (IKVT)
Saint-Donat (Drôme)
Des lubrifiants personnalisés
Spécialisée dans les lubrifiants haute performance pour l'industrie, l'automobile ou l'aéronautique, IKVT a été créée en 1995 par Jean-Pascal Borde. Cette société distribue les produits de DuPont et de Brugarolas, mais formule aussi sa propre gamme de solutions spécifiques, quelquefois du sur-mesure à la demande des industriels. Sa force, des compétences techniques très poussées, de la production à l'équipe commerciale.
Dirigeant : Jean-Pascal Borde
Actionnariat : Jean-Pascal Borde (50 %), Brugarolas (Espagne) (50 %)
Marge nette 2001 : 7 %
Effectifs 2001 : 15 salariés


Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS