Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Chez Renault, la voie est libre pour Thierry Bolloré

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/02/2018 À 11H04

Alors que Renault est en quête d'un numéro deux, qui pourrait prendre la relève de Carlos Ghosn, ce sont des départs qui sont annoncés. Thierry Desmarest, administrateur indépendant chez Renault, a démissionné de son mandat au conseil d'administration de Renault. Et Stefan Mueller, directeur délégué à la Performance (CPO) dont le nom était cité pour seconder Carlos Ghosn, devrait quitter le constructeur automobile laissant le champ libre à l'actuel directeur délégué à la Compétitivité, Thierry Bolloré.

Chez Renault, la voie est libre pour Thierry Bolloré
L'allemand Stefan Mueller, directeur délégué à la Performance de Renault dont le nom était cité pour seconder Carlos Ghosn, va quitter le constructeur automobile.
© Flickr - Alexander Kaiser - c.c.

Remue-ménage en vue chez Renault. L'allemand Stefan Muller, Chief Performance Officer (CPO) depuis 2016 et cité afin de seconder Carlos Ghosn, devrait quitter le constructeur automobile, ont dit vendredi 9 février à Reuters des sources proches du groupe. Avec son départ, il est probable que Renault annonce la nomination de l'actuel directeur délégué à la Compétitivité (CPO) Thierry Bolloré au poste de directeur général délégué (Chief Operating officer) du groupe français, lors de la publication de ses résultats annuels vendredi prochain, ont ajouté les sources. Il apparaîtrait ainsi comme le successeur potentiel de Carlos Ghosn.

Et Thierry Desmarest, administrateur indépendant chez Renault, a démissionné de son mandat au conseil d'administration de Renault, a-t-on appris de sources au fait du dossier. Selon une des sources, le départ de Stefan Muller a été décidé début février. "Aujourd'hui, il n'a pas quitté le groupe", a déclaré un porte-parole de Renault. Prié de dire si le départ de Stefan Muller avait été décidé, il a refusé de faire un commentaire.

Stefan Mueller et Thierry Bolloré ont tous deux rejoint Renault en 2012. Agé de 54 ans, Thierry Bolloré a commencé sa carrière chez Michelin avant de rejoindre Faurecia en 2005, puis Renault en septembre 2012.

Renault à la recherche d'un n°2

En prévision d'une nouvelle feuille de route pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et de la redéfinition de la gouvernance qui l'accompagnera éventuellement à terme, Carlos Ghosn a déjà cédé la direction opérationnelle de Nissan à un numéro deux pour n'en conserver que la présidence, comme chez Mitsubishi. Renault, qui échappait encore à ce schéma, devrait finalement avoir choisi un Français pour seconder Carlos Ghosn. Surtout que l'Etat français, principal actionnaire de Renault, a pressé Carlos Ghosn de désigner un numéro deux susceptible de prendre un jour la relève à la tête de l'alliance avec Nissan.

L'homme fort du constructeur français et de l'alliance avec ses deux partenaires nippons n'a plus de véritable numéro deux chez Renault depuis 2013, année du départ de Carlos Tavares. Celui-ci, qui est devenu l'année suivante président du directoire de PSA, avait succédé à Patrick Pélata, autre numéro deux de Renault victime de l'affaire de l'espionnage fictif qui avait empoisonné le groupe en 2011.

Pour Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle