Chez Photowatt, Nicolas Sarkozy vante sa solution de sauvetage EDF

Le chef de l’Etat a présenté aux salariés de Photowatt les détails du sauvetage du fabricant français de panneaux photovoltaïques par EDF.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Chez Photowatt, Nicolas Sarkozy vante sa solution de sauvetage EDF

"Avec ça, Photowatt est définitivement sauvé". Pour Nicolas Sarkozy le cas du fabricant de panneaux photovoltaïques situé à Bourgoin-Jallieu (Isère) et placé en redressement judicaire depuis le 1er novembre est réglé. Ou presque. "Formellement, c’est le tribunal qui décidera mais je serais extrêmement étonné qu’il décide qu’EDF n’est pas un repreneur crédible".

Le chef de l’Etat était venu présenter en personne aux 430 salariés du site, les contours du projet de reprise de l’entreprise par l’électricien français. Trois repreneurs ont déposé un dossier auprès du tribunal de commerce de Vienne (le grenoblois ECM Technologies, MPO International et Label Air) auquel s’est ajouté celui surprise d’EDF, la veille de la clôture de la remise des offres au tribunal de Commerce. Henri Proglio, le patron d’EDF, aurait été appelé à la rescousse par le chef de l’Etat pour venir en aide à l’ancien fleuron français du photovoltaïque.

Photowatt au ralenti

L’usine de Photowatt tourne au ralenti depuis son redressement judiciaire le 1er novembre dernier. Un dispositif de chômage partiel a été mis en place jusqu’à début mars prochain. Le site fonctionne au tiers de sa capacité de production. Seulement la moitié de cette production est aujourd’hui vendue. A son apogée, l’ancien fleuron du photovoltaïque comptait jusqu’à 800 salariés (2007) avant de connaître un plan social en 2011 qui a ramené le nombre de salariés à 440.
 

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Emplois sauvés

Point fort du projet d’EDF présenté par Nicolas Sarkozy : la sauvegarde des emplois. "Tous les emplois seront préservés", a insisté le chef de l’Etat pour son dernier déplacement avant l’officialisation de sa candidature à l’élection présidentielle. Ainsi sur les 430 salariés que compte l’entreprise, 345 continueront à travailler dans l’usine et 85 d’entre eux "seront employés par EDF dans le bassin d’emplois de 60 kilomètres autour Bourgoin-Jallieu". Des reclassements qui devraient concerner en premier lieu les commerciaux.

En outre, EDF devrait mettre plusieurs dizaines de millions d’euros sur la table pour maintenir à flot l’entreprise, dont les carnets de commande sont vides. Et cela en attendant la mise en place à l’échelle industrielle de la technologie à hétérojonction (silicium amorphe). Une technologie sur laquelle planche PV Alliance, un consortium constitué de Photowatt, le CEA et EDF Energies Nouvelles. Celle-ci est censée redonner un second souffle à Photowatt en améliorant les rendements des cellules de silicium. Seulement cette technologie ne devrait pas être prête avant trois ans. "Nous avons demandé à EDF que 100% des panneaux fabriqués avec la technologie historique de Photowatt soient achetés par EDF EN le temps de développer la technologie de l’hétérojonction. Ceci permettra de faire la jonction entre la technologie historique et celle de l’avanir", a précisé le chef de l’Etat.

Deux PME associées

Par ailleurs, MPO International et ECM devraient être associés au projet. "Les deux PME candidates à la reprise ne seront pas laissées tomber car elles ont joué un rôle important, courageux". Les options ? Une licence avec le CEA pour MPO, producteur de cellules photovoltaïques et un partenariat commercial sous forme de l’achat des fours sous vide que produit ECM.

Dans l’assistance, l’heure était au soulagement. "Nous allons étudier l’offre d’EDF jeudi, en même temps que celle des autres, mais elle est costaud et reprend l’intégralité des salariés. C’est ce que nous souhaitions", se réjouit Philippe Miklou, délégué syndical FO.

Même satisfaction chez Vincent Bès, le directeur général qui s’est félicité de la tournure des événements. "L’offre EDF a plusieurs avantages. Celui d’avoir un nouvel actionnaire qui a de toute évidence la capacité financière d’investir. Il y a 150 millions d’euros d’équipements dans l’usine. Le moindre investissement chez Photowatt représente 1 million d’euro et il faut en faire entre 10 et 20 par an. Enfin, EDF à travers ses filiales a la capacité d’absorber les 80 MW de panneaux produits par l’usine".

Du côté de l’association de salariés Superwatt, la prudence reste encore de mise. "Il faut garder la tête froide et attendre la décision du Tribunal de commerce mais après c’est sûr qu’il ne faut pas faire la fine bouche", a avancé Julien, salarié de Photowatt depuis deux ans. D’autres se veulent plus taquins. "On est une entreprise écolo, on ne pensait atterrir pas dans le nucléaire …", plaisantait un salarié au moment de la visite.

Des tarifs de rachat bonifié pour des panneaux made in Europe

Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Ecologie, a annoncé une bonification de 10% des tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque pour les installateurs qui utiliseront des panneaux comportant 60% de leurs éléments fabriqués en Europe. Le principe devrait pousser à l'acquisition de panneaux Photowatt en lieu et place des panneaux très compétitifs des panneaux directement made in China

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS