"Chez Michelin, la prime d’intéressement dépendait du nombre d’arrêts maladie"

Le parquet de Clermont-Ferrand a ouvert une enquête sur les fraudes à la sécurité sociale dont est accusé le spécialiste français des pneumatiques. Le groupe est soupçonné d’avoir dissimulé des accidents du travail. François Roca délégué CGT et membre du comité d’entreprise Europe, répond à L’Usine Nouvelle.

Partager

L’Usine Nouvelle – L’affaire a été rendue publique mercredi 29 février mais la CGT était-elle au fait de ces pratiques depuis plus longtemps ?
François Roca - Elle a émergé il y a 7 ou 8 ans. Cette pratique est étroitement liée à l’accord sur la prime d’intéressement. Pour la toucher, Michelin a fixé certains critères, parmi eux figurent les accidents de travail. Moins on a d’accident de travail, plus on a de chance de toucher une somme importante. C’est la raison pour laquelle la CGT n’a jamais voulu signer cet accord. Nous ne voulions pas nous rendre complices de Michelin dans cette fraude.

Du jour au lendemain, le nombre d’accidents a baissé, artificiellement bien entendu. Comment croire que, dans un secteur industriel, il n’y ait aucun accident pendant 1 ou 2 ans. ?

Cette pratique dépasse les frontières françaises ?
Elle a cours dans toutes les usines de la marque en Europe. Une usine hongroise du groupe, deux années de suite, n’a pas déclaré d’accident. Environ 2 000 personnes y sont salariées, et le processus est vraiment purement industriel. Qui pourrait trouver ce chiffre plausible ?

Michelin agit de la même façon avec ses sous-traitants. A Clermont-Ferrand, 900 travaillent à demeure. Leur tâche est généralement physique et pénible. Il s'agit notamment charger les camions de pneus. Les accidents étaient fréquents. Du jour au lendemain, sans investir un seul centime, les taux sont tombés à 0.

Il existe une véritable pression de la direction ?
C’est évident. Je ne mettrai pas ma main à couper que, dans certains cas, la déclaration d’accident n’a pas été faite. En revanche, il est souvent arrivé que le salarié - victime d’accident - reçoive plusieurs coups de téléphone. Et que la direction lui demande alors de ne pas s’arrêter. Certains se sont déjà retrouvés isolés dans une salle de l’infirmerie, pour les convaincre.

On leur propose alors de les payer à ne rien faire pendant plusieurs jours. Tout ce que voulait Michelin, c'est que les salariés ne soient pas arrêtés. Et pour y arriver, tous les moyens sont bons !

Le groupe a-t-il réagi suite à la révélation de cette enquête dans la presse ?
La direction est plutôt silencieuse sur la question. En interne, il y a eu un démenti… mais qui n’est pas réellement convaincant.

0 Commentaire

"Chez Michelin, la prime d’intéressement dépendait du nombre d’arrêts maladie"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS