Chez L'Oréal, "le développement durable est créateur de valeur"

A deux ans de l’échéance 2020 du programme Sharing Beauty With all, Philippe Thuvien, directeur packaging et développement du groupe L’Oréal, revient sur l’évolution du conditionnement au sein du groupe.

Partager
Chez L'Oréal,
Philippe Thuvien, directeur packaging et développement du groupe L'Oréal.

L’empreinte carbone du packaging pèse lourd dans la facture environnementale d’un produit. Comment le groupe L’Oréal la réduit-il ?

L’ensemble des packagings du groupe répond aujourd’hui à trois principes : respecter, réduire et remplacer. L’éco-conception se situe au cœur de cette démarche. Nous utilisons, depuis le second semestre 2016, l’outil SPOT (Sustainable Product Optimization Tool), qui mesure l’impact environnemental et social de nos produits, du fournisseur des matières premières jusqu’au consommateur. Fin 2017, nous aurons évalué 100% de nos lancements grâce à cette méthodologie afin d’améliorer les impacts environnementaux de l’ensemble de nos nouveaux produits.

Comment se traduisent ces améliorations ?

100 % des plastiques de nos cosmétiques sont désormais de qualité alimentaire pour éviter tout risque de migration de produits indésirable entre le contenant et le contenu. C’est le résultat d’un travail amorcé dès 2012. Par ailleurs, le remplacement des matériaux à fort impact environnemental représente un axe fort de notre politique packaging. En 2016, nous avons par exemple utilisé 7050 tonnes de matériaux recyclés, soit 42% de plus qu’en 2015. En 2020, notre objectif vise à atteindre 15% de plastiques PE [polyéthylène] d’origine recyclée pour l’ensemble de nos gammes, sachant que deux franchises ont été lancées cette année avec 100% de PE recyclé, et 40% pour le polytéréphtalate d'éthylène (PET). La création d’un consortium avec Carbios, société de chimie verte qui recycle les plastiques à partir d’enzymes, concrétise notre investissement dans l’économie circulaire. Le verre recyclé est déjà présent dans nos pots à hauteur de 25%. Nos parfums en intégreront dès l’année prochaine. Nous réfléchissons aussi à substituer une partie de nos aérosols aluminium en plastique.

Et concernant l’emballage secondaire ?

Cette année, 97% de nos papiers et 99% de nos cartons proviennent de forêts gérées de façon responsable. Nous avons aussi fait disparaître certaines notices, en les imprimant directement sur l’emballage secondaire.

Le consommateur de produits de luxe est-il prêt à évoluer ?

J’en suis convaincu. L’éco-conscience du consommateur final est une réalité, y compris dans le luxe. La réponse environnementale d’un produit et de son emballage doit prendre en compte un mix subtil, qui doit garantir performance, sécurité, qualité, esthétique, émotion et sensorialité, tout en restant cohérent avec l’image de la marque. Dans ce cadre, la matière recyclée ne représente pas un frein, mais une opportunité. Les pots Lancôme sont aujourd’hui composés de 25% de verre issu du recyclage et les produits Biosource de la marque Biotherm intègrent 25% de plastique recyclé. Six à huit mois ont été nécessaires aux équipes de développement packaging pour revoir le design, la conception et la réalisation et réduire le grammage. Au final, 10 tonnes de plastique ont été économisées ; la partie logistique a également été améliorée. En densifiant nos palettes, nous avons réduit leur nombre. Ainsi, nous avons économisé 480 palettes sur une année. C'est autant d’émissions de CO2 en moins pour leur transport.

La matière recyclée existe-t-elle en quantité suffisante pour répondre à vos objectifs ?

Nous sourçons des matières recyclées de qualité et en quantité, en France, aux Etats-Unis et en Chine. Pour le marché indien, en revanche, il n’y avait pas de filière. Un PET certifié alimentaire a donc été développé par notre fournisseur pour répondre à notre demande.

Cette année, L’Oréal Paris a lancé sur le marché asiatique ses premiers pots rechargeables. Cette solution a-t-elle un avenir en France ?

Les premiers produits utilisant ce type d’emballage seront commercialisés sur notre territoire l’année prochaine. Les marques Lancôme, Armani et Yves-Saint-Laurent y travaillent. L’élaboration d’un business model participant directement à l’éducation du consommateur est en cours. En outre, la sécurité et la traçabilité de ces nouveaux produits constituent des préoccupations de premier plan pour le groupe.

1 Commentaire

Chez L'Oréal, "le développement durable est créateur de valeur"

André
13/11/2017 11h:01

Pour vos produits de coloration capillaire Retail, pourquoi le choix de passer d'un tube en alumimium 100% recyclable à un tube laminé NON recyclable?

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Accessoires produits pharmaceutiques et cosmétiques

Bouchages DIN 18

FRAMEPACK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

L'OREAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS