Chez EDF (comme ailleurs), un bon bilan ne suffit pas à sauver le patron

L'Elysée a confimé avoir choisi Jean-Bernard Lévy pour prendre les commandes d'EDF. Le microcosme s'étonne. A tort. Deux raisons au moins ont poussé le président à choisir la rupture plutôt que la continuité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Chez EDF (comme ailleurs), un bon bilan ne suffit pas à sauver le patron

Un (bon) bilan ne sauve pas le patron ! Chez EDF, Henri Proglio l'a appris à ses dépens en voyant Jean-Bernard Lévy, l'actuel patron de Thales (A lire : Qui pour remplacer Levy chez Thales), le coiffer sur le fil pour lui succéder à la tête de l'électricien. L'ancien patron de Veolia avait pourtant pris soin de mettre en avant ses (bons) résultats durant ces derniers mois tout en soignant son influence, un domaine dans lequel il excelle.

Une occasion pour le président de la République de marquer son autorité
Mais, las, l'Elysée a décidé de ne pas le reconduire. Pour le président de la République, François Hollande, ce n'était plus l'homme de la situation. Deux raisons, au moins, ont conduit à prendre cette décision. La première, elle est politique. Malgré le soutien de Manuel Valls et de Ségolène Royal, le président ne pouvait maintenir ce patron emblématique de l'ère Sarkozy. Le reconduire aurait été un aveu d'impuissance pour François Hollande, une nouvelle preuve de son manque d'autorité, de son isolement. Symboliquement, il ne pouvait se le permettre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un homme neuf pour guider EDF vers la transition énergétique
L'autre raison est peut être un peu plus managériale. Pour "délivrer" la loi de transition énergétique, le président pouvait-il compter sur Henri Proglio ? Lui qui, en son temps, a croisé le fer avec le gouvernement sur la fermeture de Fessenheim ou tenté de repousser l'objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans production d'électricité ? Visiblement, non. Le président a préféré confier à un homme neuf (ayant d'ailleurs une expérience presque vierge en matière énergétique) la conduite de projet de long terme.
Est-ce choquant de ne pas reconduire un patron qui a son bilan pour lui ? Pas forcément. Les défis de demain ne sont pas ceux du passé. Et, pour embarquer EDF dans le mouvement de la transition énergétique, il fallait sans doute lui trouver un nouveau leader. C'est chose fait avec Jean-Bernard Lévy.

Thibaut De Jaegher

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS