Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Chevron acquiert Anadarko pour 33 milliards de dollars

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 12/04/2019 À 18H30

Mega fusion dans le pétrole. La compagnie pétrolière américaine Chevron a annoncé le 12 avril l’acquisition de sa concurrente Anadarko pour un montant de 33 milliards de dollars. Chevron se renforce ainsi dans le pétrole de schiste et le gaz naturel liquéfié.

Chevron acquiert Anadarko pour 33 milliards de dollars
Chevron (ici la plate-forme Alba en mer du Nord, au au large de l'Ecosse) rachète sa compatriote Anadarko Petroleum.
© 2012 Phil Clarke - Chevron

Renforcée par ses bons résultats 2018 (14,8 milliards de dollars de chiffre d'affaires, contre 9,2 milliards en 2017), la major pétrolière américaine Chevron a annoncé, le 12 avril, l'acquisition de sa compatriote Anadarko pour un montant de 33 milliards de dollars. Chevron reprendra également une dette nette de 15 milliards. Ce sont donc au total 50 milliards de dollars que Chevron dépensera pour cette acquisition. Les synergies entre les deux groupes sont évaluées à 2 milliards de dollars.

Les actionnaires d’Anadarko recevront 0,3869 action Chevron et 16,25 dollars par action, soit une valeur totale de 65 dollars par part. Sur la base du cours de clôture du 11 avril, la transaction se ferait à 75% en actions et à 25% en cash (8 milliards de dollars).

Cette acquisition "fera entrer Chevron dans le cercle des super-majors, et les 'big three' deviennent les 'big four'",  commente Roy Martin, analyste senior corporate chez Wood Mackenzie. "ExxonMobil, Chevron, Shell et BP ont désormais leur propre ligue." Au terme de la fusion, Chevron passerait de la quatrième à la deuxième place des producteurs de pétrole, derrière ExxonMobil et devant Shell. Le français Total se classe cinquième.

Menaces sur les actifs gaziers au Mozambique

Les actifs d’Anadarko (dont 1,47 milliard de barils équivalent pétrole de réserves) viendront renforcer Chevron dans l’amont (exploration-production de pétrole et de gaz), tant dans les schistes du bassin Permien aux Etats-Unis qu’en eaux profondes dans le golfe du Mexique.

Dans le GNL, Chevron met aussi la main sur un gisement de gaz de classe mondiale au Mozambique (le bloc 1 dans le bassin offshore de la Rovuma) et sur l'usine (en construction) de liquéfaction d'Anadarko, un met de choix en cette ère de croissance de la demande de gaz naturel liquéfié. Chevron devra néanmoins en gérer les aléas, tant financiers que sécuritaires (le personnel a subi une attaque fin février) et judiciaires. Une demande d'annulation des concessions accordées à Anadarko a été déposée en décembre par des avocats mozambicains, qui arguent du retard pris dans le développement du projet.

Anadarko est également présent en Algérie, où il est l'un des principaux producteurs de pétrole auprès de la compagnie nationale Sonatrach, au Ghana sur le champ offshore Jubilee et explore en Afrique du Sud.

Recentrage sur les actifs les plus rentables

Chevron va profiter de cette opportunité pour assainir son portefeuille, en ne conservant que les actifs les plus rentables. La compagnie pétrolière prévoit des cessions d’actifs à hauteur de 15 à 20 milliards de dollars entre 2020 et 2022.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle