Champagne pour le successeur d’Edelstenne

Celui qui prendra la tête de Dassault Aviation le 18 décembre pourrait signer, en quelques mois, deux contrats à l’export pour la vente d’avions de combat Rafale, au Brésil et en Inde. Son prédécesseur, Charles Edelstenne, n’en a pas signé un en douze ans.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Champagne pour le successeur d’Edelstenne

Pendant que Dilma Rousseff passait quelques jours à Paris, la banque centrale du Brésil, pays qu’elle dirige depuis le 1er janvier 2011, indiquait avoir revu la prévision de croissance du PIB pour 2012 de 1,27% à 1,03% (après 2,7% en 2011 et 7,5% en 2010 !).

Avant d’entériner l’achat de Rafale, celle qui a succédé à Luiz Inácio Lula da Silva, veut retrouver des finances solides a-t-elle expliqué à François Hollande, ce mardi 11 décembre. Le chasseur de Dassault avait été donné gagnant trop vite par Nicolas Sarkozy en février 2012. Aujourd’hui, il est toujours opposé au F-18 Super Hornet de Boeing et au Gripen JAS 39 de Saab dans le cadre de la compétition F-X2. En jeu : 36 appareils pour 4 milliards de dollars.

Malgré une croissance en berne en 2012, l’échéance de la mi-2013 évoquée dès septembre parait la plus plausible. Elle est en adéquation avec les 4% de croissance que prévoit le FMI pour le Brésil l’année prochaine. Ajoutons qu’en juillet dernier, le quotidien brésilien O Globo révélait que la présidente se disait mécontente de l'Aerolula, l’Airbus A319 VIP dont son prédécesseur avait fait l'acquisition sous la critique en 2005. L'Aerodilma serait un B747 selon la presse locale. Un lot de consolation pour Boeing ?

Si Dilma Rousseff valide le choix du Rafale annoncé en 2009 par Lula, le successeur de Charles Edelstenne à la tête de Dassault aviation réalisera en quelques mois ce que son illustre prédécesseur n’a pas réussi à faire en douze ans : signer deux contrats à l’export pour l’avion de combat.

Ces 36 Rafale brésiliens viendraient s’ajouter aux 126 du contrat MMRCA entre Dassault Aviation et l'Inde, dont la signature est prévue en février ou mars 2013, pour 10 milliards de dollars.

Le nouveau PDG de Dassault Aviation, dont la nomination est attendue le 18 décembre, pourrait donc bien avoir comme mission de déboucher le champagne resté au frais depuis bien longtemps. Une bonne nouvelle pour la balance commerciale hexagonale... D’autant que Dilma Rousseff a profité de son voyage en France pour reconnaître le Champagne comme une appellation d’origine contrôlée. Avec cette reconnaissance de la bulle française par l'Institut national de propriété intellectuelle brésilien, les exportations de champagne vers la sixième puissance mondiale devraient continuer de croitre. Elles ont dépassé le million de bouteilles en 2011, pour un chiffre d'affaire de 17 millions d'euros. Une paille à côté des 4 milliards de dollars en jeu du contrat Rafale. Certes. Mais il n’y a pas de petits profits !

Charles Foucault

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS