Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

CGI France augmente ses surfaces de verre anti-feu

, , ,

Publié le

Producteur indépendant de verre pare-flammes et coupe-feu destiné au bâtiment, le groupe britannique CGI International programme un investissement de 2 millions d’euros et prévoit 10 recrutements sur son usine mosellane de Seingbouse.

CGI France augmente ses surfaces de verre anti-feu © Pascale Braun

Repreneur en 2012 de l’usine Interver de Seingbouse, près de Forbach (Moselle), le groupe britannique CGI International programme un investissement de 2 millions d’euros pour conforter la production de verres pare-feu et pare-flammes dans l’est mosellan. D’ici à la fin de l’année, l’usine, qui emploie 42 salariés, doit recruter dix personnes.

"Hautement technologique et encadré par des contraintes législatives croissantes, le marché des verres pare-flamme et coupe-feu est difficile d’accès, mais il résiste à la dégradation de la conjoncture et affiche une progression constante depuis vingt ans", observe Christophe Guillot, chairman de CGI International.

Tandis que l’usine anglaise basée à Haydock, près de Liverpool, produit des plaques de verre anti-feu standards, le site de CGI France s’est spécialisé dans le sur-mesure et produit 43 familles de vitrages correspondant aux desideratas les plus pointus des architectes, métalliers, menuisiers et bureaux d’études. Détentrice de 250 agréments nationaux et internationaux, CGI France dispose d’une équipe de recherche-développement de 6 salariés.

Vérifiée dans un four à essais, la résistance des vitrages au feu varie selon les produits de 30 à 180 minutes. Commercialisés sous la marque Pyroguard, les verres de CGI France équipent entre autres les Aéroports de Paris, les Terrasses du Port à Marseille ou le musée Confluences à Lyon.

CGI International a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros, avec 85 salariés, répartis à parts égales entre Haydock et Seingbouse.

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle